BFM Business

Michael Jackson rapporte bien plus mort que vivant

Michael Jackson n'a quasiment jamais autant gagné que depuis son décès

Michael Jackson n'a quasiment jamais autant gagné que depuis son décès - ROBYN BECK / AFP

Le King de la pop trône en tête du classement Forbes des personnalités disparues qui rapportent le plus. L'an dernier, ses héritiers et ayants droit ont ainsi perçu pas moins de 115 millions de dollars, soit bien plus que ce que le chanteur gagnait les années précédant son décès.

Les artistes disparaissent mais les légendes sont immortelles. C'est d'autant plus vrai dans le cas du roi de la pop. Michael Jackson est, en effet, la personnalité morte qui rapporte le plus à ses héritiers et ayants droit, selon le dernier classement Forbes (*) sur le sujet publié le 27 octobre.

Décédée en 2009, l'icône pop devance, excusez du peu, le King Elvis Presley. Et largement. Michael Jackson a ainsi rapporté 115 millions de dollars l'an passé, contre 55 millions de dollars pour Elvis Presley. Et encore, le millésime 2015 n'a pas été si bon que cela pour l'interprète de "Thriller" puisque l'année précédente, son nom avait permis de récolter pas moins de 140 millions de dollars.

Il n'en reste pas moins que ces revenus de 115 millions de dollars dépassent de loin ce que gagnait la star lors des années précédant sa mort (13 millions de dollars en 2008, 18 millions en 2007, 19 millions en 2006…).

En tenant compte de l'inflation, Michael Jackson n'a de son vivant fait mieux que lors de quatre années: 1984 (205 millions), 1987 (138 millions), 1988 (247 millions) et 1995 (181 millions). Et si l'on oublie l'inflation, il n'y a qu'une année où "Bambi" a fait mieux: 1988 (125 millions de dollars de l'époque).

Plus de 1 milliard depuis sa mort 

Depuis son décès, le roi de la pop a rapporté plus d'un milliard de dollars soit plus de la moitié de ce qu'il avait gagné sur l'ensemble de sa carrière (1,9 milliard de dollars en tenant compte de l'inflation, de 1979 à 2009, selon Forbes). Une manne qui a permis de rembourser ses lourdes dettes, qui, avant sa mort, s'élevaient à un peu plus de 500 millions de dollars à l'époque, selon Bloomberg.

Comme l'explique l'agence, le chanteur a eu la bonne idée de nommer son avocat John Branca ainsi qu'un ami de la famille, John McClain, pour gérer sa fortune après son décès.

Les deux hommes ont ainsi fait du nom de Jackson une entreprise florissante en renouvelant le contrat qui liait le chanteur et Sony pour 250 millions de dollars. Le film posthume"This is it" a également rapporté 260 millions de dollars. Ils ont par ailleurs engrangé 371 millions de dollars via la vente des tickets du "Immortal World Tour", une tournée musicale organisée par le Cirque du soleil. Un autre show ("One"), toujours sous l'égide du Cirque du soleil, a désormais lieu de façon permanente à Las Vegas.

Des choix discutables

A cela s'ajoutent les revenus tirés du catalogue de Sony/ATV, une co-entreprise détenue à 50% par les héritiers Jackson et 50% par Sony et qui possède les droits de nombreux artistes allant des Beatles à Taylor Swift en passant par Marvin Gaye. Selon le Wall Street Journal du 7 octobre dernier, Sony songerait à vendre ses parts aux héritiers Jackson. Ce qui ne manque pas d'ironie quand on sait qu'à la base, c'est Michael Jackson qui avait cédé la moitié de ses parts en 1995 à Sony dans ATV Music Publishing, qu'il avait acquis dès 1985.

Au final, les dettes de Michael Jackson ont été épongées dès 2012. L'argent va maintenant directement dans les mains des enfants de la star Paris, Prince et Blanket respectivement âgés de 17, 18 et 13 ans, ainsi que leur mère Katherine. Les deux John, Branca and McClain, touchent eux une commission de 10% sur les revenus grossissant l'héritage. Soit 11,5 millions de dollars l'an passé donc.

Il n'en reste pas moins que certains choix laissent songeur. La sortie en 2014 de l'album posthume Xscape, une compilation de démo et de chansons pas vraiment brillantes, a déchaîné les critiques. Parmi elles, celles de Quincy Jones, le légendaire producteur de "Thriller". Comme l'explique l'un des consultants des héritiers Jackson à Bloomberg, Jeff Jampol, le plus important aujourd'hui n'est pas tant de monétiser la mort de Michael Jackson que d'y arriver sans détruire son image et sa légende.

(*) Pour établir son classement, Forbes a pris en compte l'ensemble des revenus tirés des ventes de disques, films et autres produits sous licences ainsi que des droits d'exploitation. Le magazine britannique a interrogé diverses sources dont notamment des agents et des avocats. Les revenus vont du 1er octobre 2014 au 1er octobre 2015.