BFM Business

Les producteurs du Juste prix s'écharpent devant les tribunaux

Lagaf' a abandonné son producteur historique Hervé Hubert

Lagaf' a abandonné son producteur historique Hervé Hubert - TF1 David Merle

Le jeu, diffusé entre 2009 et 2015 sur TF1, était une vache à lait qui a rapporté près de 50 millions d'euros. Mais les deux co-producteurs, Fremantle et Hervé Hubert, s'accusent mutuellement de trahison...

Le britannique Fremantle est un des principaux producteurs de programmes de flux. Ses principaux clients français sont France 3 (Question pour un champion) et surtout M6 (L'amour est dans le pré, la France a un incroyable talent, Super Nanny, D&Co...), notamment parce que les deux sociétés appartiennent au même propriétaire, RTL Group.

Mais la grande ambition de Fremantle était de fournir des émissions à TF1. Un premier pas fut le Bigdil, adapté d'un format détenu par Fremantle et présenté par Vincent Lagaf' entre 1998 et 2004. Mais le jeu était majoritaire produit par Hervé Hubert, le producteur historique de Lagaf'.

Pour aller plus loin, Fremantle signe avec Hervé Hubert en 2008 un accord d'exclusivité réciproque pour proposer de nouveaux jeux à TF1, et aussi accorder à Fremantle un droit de préemption si Hervé Hubert vend sa société.

Le premier fruit de cette coopération est le retour du Juste prix sur TF1, toujours présenté par Lagaf', et adapté là encore d'un format américain détenu par Fremantle. Au total, 644 émissions sont diffusées entre 2009 et 2015. Les recettes nettes sont réparties à 50/50 entre Fremantle et Hervé Hubert. Une véritable vache à lait: chaque émission étant vendue autour de 85.000 euros à TF1, le total tutoie les 50 millions d'euros...

Courte idylle

Mais l'idylle est de courte durée. En novembre 2010, Fremantle dénonce l'accord d'exclusivité. Et début 2011, Fremantle propose -sans Hervé Hubert- deux nouveaux formats de jeux à TF1. Le premier est Take me out, pour lequel est tourné un pilote le 4 mai 2011 présenté par Benjamin Castaldi, mais qui n'est finalement pas retenu par la Une (il est finalement diffusé en 2014-2015 sur W9 sous le nom Séduis-moi si tu peux).

Le second est Push the button, dont TF1 achète deux numéros pour 1,4 million d'euros (plus 350.000 euros pour les décors) qui sont diffusés sous le titre Pouch' le bouton le 7 mai et le 11 juin 2011. Ultime trahison: le jeu est présenté par Lagaf', qui laisse ainsi tomber son producteur de toujours Hervé Hubert.

La guerre est déclarée

Depuis, la guerre est déclarée entre les deux anciens partenaires. Hervé Hubert, s'il reste formellement co-producteur du Juste prix, abandonne en 2011 tout rôle opérationnel dans la production du jeu, assurée en totalité par Fremantle. Surtout, les deux anciens partenaires se font des procès tous azimuts. Hervé Hubert réclame notamment à Fremantle pas moins de 43,6 millions d'euros de dommages pour "concurrence déloyale". Selon lui, "Fremantle a prémédité ses actions afin de dépouiller Hervé Hubert de son savoir-faire, et de s'approprier les relations privilégiées qu'il entretenait avec Lagaf' et le diffuseur emblématique qu'est TF1".

Fremantle se défend avec des arguments plus ou moins spécieux. La filiale de RTL Group joue d'abord sur les dates: en janvier 2011, elle assure d'abord à la justice que "le format Push the button n'a pas été vendu à TF1" (la vente a finalement lieu plus tard, le 11 mars 2011).

Fremantle prétend aussi que Push the button n'est pas un jeu, mais un divertissement, et donc ne rentre pas dans l'accord d'exclusivité, qui se cantonne aux seuls jeux. Les juges se plongent alors dans des magazines comme Télé Z, Télé Magazine ou le belge Ciné Télé Revue pour trancher cette épineuse question, et conclure que c'est bien un jeu...

Fremantle argue enfin que le contrat d'exclusivité est nul car "il comporte une clause de renouvellement automatique lui conférant un caractère perpétuel". Bref, la filiale de RTL prétend avoir signé de son plein gré un contrat illégal... mais cet argument est aussi rejeté par les juges.

20% de marge

Finalement, le tribunal de commerce juge que Fremantle a bien violé l'accord d'exclusivité. Il estime la marge de Push the button à 20% du prix de l'émission, et en accorde la moitié à Hervé Hubert, soit 140.000 euros. L’affaire est maintenant devant la cour d’appel, qui a nommé un expert pour chiffrer le préjudice subi par Hervé Hubert.

Parallèlement, les deux producteurs se disputent aussi sur les recettes nettes du service Audiotel du Juste prix, qui dépassent 618.000 euros pour les années 2009 à 2012. Selon les accords, ces recettes doivent être partagées à 50/50. Mais Fremantle a prélevé sur ces recettes une commission de 35%. Finalement, Hervé Hubert a obtenu le remboursement de cette commission -une décision récemment confirmée en appel.

Au final, tout le monde semble avoir perdu dans cette affaire. Le juste prix verra son audience lentement décliner pour être finalement arrêté en 2015. Pouch' le bouton fera un bide et n'ira pas au-delà des deux prime time diffusés au printemps 2011. Hervé Hubert ne travaillera plus avec TF1, ni Lagaf', ni Fremantle. Fremantle ne travaillera plus avec Lagaf', ni avec TF1, hormis une éphémère reprise d'Une famille en or en juillet 2015 sur TMC. Lagaf' ne travaillera plus avec TF1 hormis l'éphémère Boom, produit en interne par TF1 et qui fit un bide à l'été 2015. Il co-anime désormais une émission sur la chaîne câblée AB Moteurs...

Interrogés, Hervé Hubert s'est refusé à tout commentaire, tandis que l'avocat de Fremantle indique: "Fremantle s'étonne que les informations présentées au sein de cet article le soient de manière non objectives, et s’interroge sur le momentum d'une telle publication, ainsi que sur l'objectivité des sources qui ont servi à sa rédaction. A toutes fins utiles, FremantleMedia souhaite rappeler que le principe de loyauté des affaires n’est pas compatible avec le fait de communiquer à la presse des informations relatives à des procédures judiciaires en cours et/ou couvertes par le secret des affaires. C'est pourquoi Fremantle se fixe pour principe de ne pas commenter les procédures judiciaires en cours auxquelles elle est partie et n’entend pas dévier de cette ligne de conduite dans le cas présent."

Le jackpot d'Hervé Hubert et Lagaf'

Vincent Lagaf' et Hervé Hubert de Clausade ont d'abord co-produit des disques (Bo le lavabo, La zoubida) puis des jeux (Drôle de jeu, le Bigdil, Crésus). En 2000, ils vendent leurs sociétés respectives, Hubert Productions et Orevi, à Endemol. Ils se partagent à 50/50 un premier chèque de 30,5 millions d'euros; plus un complément de prix (earn out) allant jusqu'à 30,5 millions d'euros. En 2007, juste après avoir touché ce dernier chèque, Hervé Hubert quitte Endemol pour créer une nouvelle société de production. En 2010, il attaque en justice l'ancien dirigeant de la filiale française Stéphane Courbit, estimant sous-valorisé le prix de vente de Hubert Productions. Il réclame 201,6 millions d'euros, mais il sera débouté en première instance, en appel et en cassation.

Les résultats du groupe Fremantle Media (en millions d'euros)

Chiffre d'affaires
2013: 1525 2014: 1486 2015: 1524 1er semestre 2016: 618

Résultat opérationnel (Ebita)
2013: +136 2014: +113 2015: +103 1er semestre 2016: +30

Source: RTL Group

Jamal Henni et Simon Tenenbaum