BFM Business

Le maillot de Neymar sera-t-il une machine à cash pour le PSG?

La boutique du PSG bientôt prise d'assaut?

La boutique du PSG bientôt prise d'assaut? - Philippe Lopez - AFP

Contrairement à une idée reçue, les ventes de maillots floqués au nom d'un joueur ne peuvent à elles seules financer le prix de son transfert. Sauf énorme surprise, celui de Neymar n’échappera pas à la règle, même si les fans font déjà la queue pour l'acheter.

Le PSG, qui vient de boucler la transaction la plus chère de l’histoire du football, va désormais tenter de rentabiliser l’opération –du moins en partie. L’aura marketing de Neymar, l’un des sportifs les plus populaires au monde, devrait l’y aider, notamment grâce aux maillots floqués à son nom qui vont à coup sûr connaître un immense succès. En témoigne la file d'attente, ce vendredi devant la boutique du club. 

Pour autant, inutile d’envisager un quelconque miracle: ces ventes ne couvriront qu’une infime part du transfert astronomique de la star brésilienne.

Pour tordre le cou à la rumeur selon laquelle un transfert peut être "remboursé" par la vente des maillots, il suffit de jeter un œil au circuit de distribution. Entre le coût de fabrication, les taxes, la marge de l’équipementier et celle du distributeur, le club ne touche au final qu’un modeste pourcentage.

Les maillots dépassent rarement 10% des recettes des clubs

"On peut l’estimer à 15% du prix magasin", indique Luc Arrondel, chercheur au CNRS et professeur associé à l’École d’économie de Paris. Pour un maillot vendu en boutique 140 euros, à peine plus de 20 euros reviennent ainsi dans les caisses du club.

D’autant que les chiffres de vente des maillots à travers le monde ne dépassent que rarement le million par an. "Aujourd’hui, Manchester United, l’un des clubs les plus populaires du monde, doit à peu près écouler 1,5 million de répliques en une année", poursuit le chercheur. "Cela lui rapporte donc environ 34 millions d’euros, sur un budget total de 689 millions". Pour la plupart des clubs, les ventes de maillot représentent d'ailleurs moins de 10% de leurs revenus.

Un premier effet Neymar?

Le PSG qui, pour rappel a déboursé (au moins) 222 millions d’euros pour s’attacher les services de Neymar, devra donc écouler plus de 10 millions d’exemplaires pour rembourser ce transfert. Au rythme actuel -environ 500.000 exemplaires vendus chaque année- il lui faudrait donc 20 ans pour y parvenir !

Il convient de noter, cependant, que les ventes de maillots peuvent indirectement rapporter gros aux clubs, par le biais des contrats de sponsoring sur les maillots. Ainsi, Adidas et Chevrolet n’auraient surement pas dépensé respectivement 90 millions et 65 millions par an, pour s’afficher sur le maillot du club de Manchester United, si celui-ci n’était pas porté par des millions de fans dans le monde.

Dans le cas du PSG, "il peut effectivement y avoir une renégociation", confirme Luc Arrondel, du CNRS. L’occasion, donc, pour le club de la capitale de reprendre les discussions avec Nike, même si les deux parties sont liées jusqu’en 2022. Mais aussi avec le sponsor Emirates, dont le partenariat se termine en 2018. Pour ce qui pourrait être le premier "effet Neymar" ?