BFM Business

La célèbre grotte de la Cocalière transformée en chambre d'hôtes

Cette grotte nichée dans les Cévennes célèbre cette année le 50ème anniversaire de son ouverture au public, Pour fêter l'événement, elle y a installé une chambre aux parois transparentes. Le prix de la nuit est digne d'un palace: 1.200 euros.

La visite de la grotte de la Cocalière, un joyau minéral situé en plein cœur de l'Ardèche, se déroule habituellement en une heure. Mais à partir de la mi-avril, quelques privilégiés vont pouvoir y passer la nuit. Pour célébrer la 50ème année de l'ouverture de la grotte au public, les gérants du site ont décidé d'y installer une chambre à 50 mètres de profondeur. Une initiative qui veut rendre hommage aux premiers explorateurs de la grotte, qui bivouaquaient sur place et à Pascal Barrier qui en 1992, est resté 113 jours au fond de cette grotte.

La construction de cette structure a été un vrai défi technique et a nécessité un investissement de 50.000 euros. "Nous avons fait appel à des amis, certains sont des inventeurs d'autres artistes, pour concevoir le projet de ce module", explique Christophe Bouquet, qui exploite avec son frère Jérôme la grotte qui a été découverte par son père.

Leur choix s'est porté sur une forme pyramidale, qui en plus de rappeler les pointes de cristal de roche qui font l'une des attractions de la grotte, étaient également facile à construire et à acheminer en pièces détachées. La structure est en inox, les parois en plastique transparent, le tout étant recyclable. Un éclairage tamisé et orienté vers les concrétions mettent en valeur le décor naturel. "La chambre mesure 25m2 et elle est juste posée sur des plots fixés dans le sol. On pourra donc la retirer sans laisser aucune trace et sans dénaturer le milieu", précise Christophe Bouquier.Elle peut accueillir deux personnes. 

La grotte privatisée

Tout a été fait pour que les hôtes passent une nuit inoubliable. Un sol chauffant permet de ne pas souffrir des 14 degrés qui règnent en permanence dans la grotte et l'humidité est régulée. Enfin, des citernes permettent d'avoir de l'eau et de récupérer les eaux usées.

Le prix de la nuitée: 1.200 euros. Mais ce tarif, digne d'un palace, est justifiée par la logistique, assure le co-dirigeant. "Les citernes doivent être remplies et vidées manuellement. Et il y a un service VIP qui est y inclus, la grotte est privatisée", explique Christophe Bouquier. Effectivement, les clients de la chambre arrivent sur le site alors que les derniers visiteurs en sortent. Ils ont droit à une visite guidée avec un guide spéléologue. Celui-ci restera d'ailleurs à proximité toute la nuit, pour des raisons de sécurité.

Des bouteilles de vin vieillies dans la grotte

La soirée comprend également un dîner gastronomique, avec vins et champagne. "Nous leur servons des vins bios qui ont vieillis dans la grotte", précise le co-dirigeant de la Cocalière. Après un petit-déjeuner, les clients repartent le lendemain matin vers 9h30, quand les premières visitées guidées arrivent. Il est impossible de se prélasser au lit, le chemin de découverte de la grotte passe à proximité de la pyramide, et les parois vitrées n'offrent aucune intimité.

Quelles sensations auront les clients qui dormiront à 50 mètres sous terre? Celle d'une bonne nuit au calme. Toutefois, un point de détail doit encore être amélioré. "Il y a une petite goutte qui tombe d'une stalactite sur la paroi de la chambre. Le " blop" peut donc finir par énerver. On va mettre un tuyau plastique pour qu'elle s'écoule sans bruit", confesse Christophe Bouquier.

Le succès est déjà assuré: une dizaine de nuitées est déjà réservée, par des clients venant surtout de l'étranger. Mais les exploitants de la grotte, qui reçoit chaque année plus de 120.000 visiteurs, n'envisagent pas de se transformer en hôtelier. Ils ne comptent pas tirer des gains conséquents de l'exploitation de cette pyramide, d'autant qu'une partie des bénéfices sera reversée à l'association de défense de l'environnement Pailovue. Cette chambre chambre d'hôtes devrait être démontée à la fin de la saison.

Coralie Cathelinais