BFM Business

Ikea se paie Balenciaga avec humour

Ikea fournit une notice pour reconnaître l'original parmi les copies.

Ikea fournit une notice pour reconnaître l'original parmi les copies. - Ikea - Acne

Le géant suédois surfe sur le buzz provoqué par la sortie du sac bleu Balenciaga, quasi identique à son sac Frakta iconique, avec une campagne désopilante.

La semaine dernière, Balenciaga a provoqué l'hilarité de la toile en proposant dans une collection un sac bleu qui ressemblait trait pour trait à l'iconique d'Ikea, le Frakta. Seules différences: il est en cuir, se ferme avec un zip, et surtout, il coûte 2.000 fois plus cher que l'original! Ikea, qui s'était dans un premier temps déclaré "flatté" d'inspirer les marques de luxe, a finalement saisi l'occasion de se moquer gentiment de Balenciaga.

Sur sa page Facebook, le groupe suédois évoque sans le nommer le "Carry Shopper L" couleur bleu sulfate de Balenciaga, parlant de "it bag de la saison". "En tout cas chez nous, l'original, c'est 1694 euros moins cher", ironise le géant du meuble. Le post a été partagé une centaine de fois, liké plusieurs millions.

N'y voyez pas l'initiative spontanée et heureuse d'un community manager isolé. La campagne a été finement organisée par l'agence de communication Acne. Elle se décline aussi sur une page de son site créée pour l'occasion, une désopilante méthodologie pour reconnaître le sac original parmi les copies. Par exemple en le secouant: "S'il bruisse, c'est le vrai". Ou en le jetant dans la boue: "Un vrai Frakta se rince au tuyau d'arrosage". Prix: "Seulement 0,99 dollar", s'amuse la marque.

Et de conclure: "Si par mégarde vous vous retrouvez avec un sac bleu de designer à 2145 dollars au lieu de sa source d'inspiration à 0,99 dollar, ne dites pas qu'on ne vous avait pas prévenu". Dernier clin d'œil: la photo qui accompagne le post, qui reprend exactement le look de celle publiée par Balenciaga. Voici un petit montage pour jouer aux sept erreurs:

-
- © Ikea VS Balenciaga (montage)

L'agence Acne maîtrise à la perfection l'art du marketing viral. C'est déjà elle qui avait mené pour Ikea la campagne "Let's Relax". Le spot tournait en dérision la tendance du #foodporn, le partage de photos de superbes assiettes sur les réseaux sociaux. On y voyait une famille aristocrate au 17e siècle faire venir un peintre pour immortaliser leur repas, puis envoyer des émissaires le montrer partout, avant de pouvoir enfin le consommer.

Nina Godart