BFM Business

Football: l'équipe de France se cherche un diffuseur

Les chaînes candidates pour la diffusion des matchs de l'équipe de France ne se bousculent pas au portillon.

Les chaînes candidates pour la diffusion des matchs de l'équipe de France ne se bousculent pas au portillon. - -

Les droits TV de l'équipe de France de football font l'objet d'un nouvel appel d'offres, lancé cette semaine par l'UEFA. Mais l'opération pourrait bien tourner au vinaigre.

Une fois n’est pas coutume, la Fédération française de football semble avoir fait un choix judicieux. En cédant la gestion des droits TV de l’équipe de France à l’UEFA pour la période 2014-2018, elle s’est ainsi épargnée de longues négociations avec les diffuseurs français, et obtenu la garantie de revenus confortables. L’UEFA s’est en effet engagée à verser, au minimum, la même somme que pour la période précédente.

Actuellement, TF1, qui possède les droits des bleus jusqu’en 2014, débourse environ 4 millions d’euros par match. Mais la première chaîne ne semble plus vraiment disposée à dépenser autant.

Le 30 septembre dernier, son PDG, Nonce Paolini, ironisait ainsi sur la situation: "nous allons étudier attentivement les droits TV de l’Equipe de France de football, mais ce n’est pas la priorité absolue. Le seul soir où TF1 gagne de l’argent avec l’Equipe de France, c’est quand M6 diffuse le match."

Camouflet pour l'UEFA

En janvier dernier, l’UEFA avait lancé une première consultation auprès des diffuseurs français. Sans grand succès, puisque seule TF1 avait répondu, offrant seulement 2,5 millions d’euros par match (100 millions sur la période).

Un camouflet pour l’instance européenne, qui a donc retenté sa chance, lundi 30 septembre, fractionnant les droits en cinq lots afin de les optimiser. Mais après quelques jours, la tendance semble largement défavorable à l'UEFA.

TF1 ne semble pas encline à aller au-delà de sa proposition initiale, quand France Télévisions et M6 ne sont tout simplement pas intéressées. Quant aux géants du secteur, Canal Plus et BeIN Sport, l’obligation de diffuser certains matchs en clair constitue clairement un frein. 

En d’autres termes, l’image toujours plus mauvaise de l’équipe de France n’impactera pas directement la Fédération française de football, mais bien l’UEFA de Michel Platini. Car malgré le tour de passe-passe effectué (la division en 5 lots), il est difficile de penser que celle-ci puisse ne pas perdre d’argent dans l’opération.

Yann Duvert