BFM Business

Fondation Vuitton: le duel Arnault-Pinault renaît dans l'art

Le projet de la Fondation Louis Vuitton a été initié il y a douze ans par Bernard Arnault.

Le projet de la Fondation Louis Vuitton a été initié il y a douze ans par Bernard Arnault. - Bertrand Guay - AFP

La Fondation Vuitton a été inaugurée ce 20 octobre. Son ouverture constitue une nouvelle étape dans la guerre que se livrent les familles Arnault et Pinault, sur le terrain du luxe comme sur celui de l'art.

La fondation Louis Vuitton, installée dans le bois de Boulogne, a été inaugurée par le président de la République, François Hollande, et le Premier ministre, Manuel Valls, ce lundi 20 octobre, en présence bien sûr de Bernard Arnault, à l'origine de ce projet de musée d'art contemporain.

Le PDG de LVMH, numéro un mondial du luxe, retrouve sur ce secteur son grand rival, François Pinault, PDG de Kering. Qui attirera le plus de visiteurs et d'artistes? C'est bien là que va se situer leur combat dorénavant.

Pinault à Venise, Arnault à Boulogne

Les deux dirigeants "s’affrontent" ou rivalisent sur le terrain de l’art depuis près de vingt ans. Déjà en 1995, Bernard Arnault et François Pinault se faisaient face dans les salles de vente. Ils se battaient à l'époque pour un secrétaire en laque du Japon. C'est finalement le patron de LVMH qui emporte la mise pour plus de 6 millions d'euros.

Puis vient l'époque des fondations. Il y a une petite dizaine d'année, François Pinault, n'en peut plus. Voilà des mois qu'il attend une autorisation administrative pour construire sa fondation sur l'Ile Seguin, à Boulogne Billancourt. Excédé, il jette l'éponge et file à Venise, où il rachète le Pallazo Grassi, chef d'œuvre du 18eme siècle, pour une trentaine de millions d euros. Il y installe ses quelques 2.000 œuvres. C'est un succès international.

Au tour de Bernard Arnault, ce 20 octobre, d'inaugurer sa fondation Louis Vuitton. Un projet initié il y a 12 ans, estimé plus de 100 millions d'euros. Quand on lui pose des questions sur ce montant, encore vendredi dernier, le fondateur du géant du luxe répond que "les rêves n'ont pas de prix".

Jean-Baptiste Huet