BFM Business

En 25 ans, deux fois plus de livres publiés mais de moins en moins lus

Les ventes sont si faibles que les auteurs ne croient pas les chiffres...

Les ventes sont si faibles que les auteurs ne croient pas les chiffres... - Visitor 7 - Wikimedia commons cc

En 25 ans, le marché du livre s'est atomisé: deux fois plus de titres sont publiés, mais avec des tirages deux fois moins élevés.

Que tout un chacun puisse publier son livre est-il le stade ultime de la civilisation? Telle est la question posée par l'explosion de la production éditoriale en France. Depuis 25 ans, le nombre de nouveaux titres a été multiplié par deux, selon les chiffres du Syndicat national de l'édition (SNE, cf ci-dessous).

Et encore, cette profusion éditoriale n'est que la partie émergée de l'iceberg. Car ne sont publiés qu'une infime fraction des manuscrits reçus par les maisons d'édition: moins de 1%, selon une étude de François Moreau et Stéphanie Peltier pour le SNE. 

"La conséquence est une difficulté grandissante à faire connaître au public toutes ces nouveautés, et à leur assurer une visibilité dans les circuits de vente physique ou numérique", ajoute l'étude, qui note: "Le livre s'inscrit parfaitement dans l'économie de l'attention décrite par le prix Nobel d'économie Herbert Simon. La rareté ne caractérise plus la production des biens, mais l'attention des consommateurs".

"Auteur cherche journaliste curieux"

En effet, la grande majorité de ces livres sortent dans une indifférence totale. Les médias ont parlé de seulement 15.315 ouvrages différents en 2014, selon la base de données Electre. Récemment, un auteur sélectionné pour le prix Renaudot mais dont aucun média n'avait parlé, a même dû publier une petite annonce dans Libération pour enfin "rencontrer un journaliste curieux"...

Surtout, "pour être vendu, un livre doit être disponible. Or la table des libraires n'est pas d'une longueur infinie. Le nombre moyen de titres disponibles dans les plus grandes librairies n'est que de 50.000. Pour une librairie de taille raisonnable consacrant 100 mètres carrés aux livres, le stock tombe à moins de 15.000", ajoute l'étude du SNE. Résultat: "Toute nouveauté qui ne rencontre pas immédiatement son public se verra vite chassée des rayons, remplacée par les nouvelles nouveautés de la semaine".

Un lectorat aisé, féminin et vieillissant

Hélas, le public est bien loin de pouvoir absorber cette profusion. "Cette offre souvent qualifiée de pléthorique peine de plus en plus à trouver son public", déplore l'étude.

Car les Français lisent globalement de moins en moins. En 2008, 70% des Français déclaraient avoir lu au moins un livre dans l'année, contre 79% en 2005. En pratique, cela reste un loisir pour les plus aisés: "Les cadres supérieurs comptent trois fois plus de forts lecteurs que les ouvriers", indique une étude du ministère de la Culture. Mais les lecteurs sont de plus en plus vieux. "Depuis 1973, la lecture de livres a connu un profond changement: elle s'est progressivement féminisée, tout en perdant le lien privilégié qu'elle entretenait avec la jeunesse". 

Les auteurs refusent de croire les chiffres

Bref, ce n'est donc pas parce qu'on publie deux fois plus de livres qu'on lit deux fois plus. Le doublement des titres sur les 25 dernières années a été compensé par une division par deux des tirages et des ventes, aujourd'hui tombés à des niveaux très faibles. Ainsi, un livre est édité désormais à moins de 6.000 exemplaires en moyenne, et se vend à 4.000 exemplaires à peine, selon le SNE. 

"Il y a énormément de livres qui se vendent à moins de 500 exemplaires, tous éditeurs confondus, de Gallimard à Grasset en passant par P.O.L. Et dans ces livres-là, beaucoup ne dépassent pas les 250 exemplaires vendus. En fait, ce n'est pas rare qu'un livre se vende à moins de 100 exemplaires", expliquaient récemment Jean-Hubert Gailliot et Sylvie Martigny, à la tête de la petite maison d'édition Tristram.

Des chiffres si faibles que les écrivains pensent qu'ils sont faux: "Certains jeunes auteurs ne croient pas les résultats des ventes, pensant que l'éditeur truque les chiffres pour ne pas payer les droits".

Des auteurs plus nombreux mais plus pauvres

Et ce n'est pas non plus parce que l'offre est deux fois plus importante que les gens lisent des livres de plus en plus divers. "En littérature, les ventes tendent à se focaliser sur un nombre d'auteurs de plus en plus restreint", pointe une autre étude du ministère de la Culture.

Mais tout cela ne décourage pas les vocations: "Il y a de plus en plus de gens qui écrivent, qui se projettent dans le fait d'être publiés. C'est devenu une annexe du développement personnel, tous milieux socio-culturels confondus", selon Jean-Hubert Gailliot et Sylvie Martigny.

Selon l'Insee, le nombre d'auteurs a bondi de 60% entre 1991 et 2011. Mais ces écrivains sont de plus en plus pauvres. En 2008, parmi les 53.605 écrivains assujettis à l'Agessa (Association pour la gestion de la sécurité sociale des auteurs), seuls 2.390 ont déclaré un revenu supérieur à 700 euros par mois...

Nombre de titres différents publiés (nouveautés et réimpressions)
1990: 38 414 dont nouveautés 20 252 1995: 42 997 dont nouveautés 21 998 2000: 51 887 dont nouveautés 25 832 2005: 68 433 dont nouveautés 34 900 2010: 79 308 dont nouveautés 40 021 2014: 98 306 dont nouveautés 43 600

Exemplaires vendus (moyenne par titre)
1990: 8 440 1995: 6 988 2000: 6 814 2005: 6 723 2010: 5 698 2014: 4 290

Exemplaires tirés (moyenne par titre)
1990: 10 053 dont nouveautés 10 483 1995: 8 981 dont nouveautés 10 024 2000: 8 150 dont nouveautés 9 405 2005: 7 587 dont nouveautés 10 085 2010: 7 968 dont nouveautés 9 656 2013: 5 991 dont nouveautés 7 895

source: SNE

Titres déposés au dépôt légal
1970: 23.200 1975: 29.008 1980: 38.653 1985: 37.860 1990: 41.982 1995: 42.304 2000: 52.238 2005: 61.761 2010: 70.190 2014: 80.255

source: BNF

Titres édités
1997: 35 077 2000: 39 442 2005: 53 462 2010: 63 052 2014: 68 182

source: Livres Hebdo

Français ayant lu un livre au cours des douze derniers mois
1973: 70% 1981: 74% 1988: 75% 1997: 73% 2005: 79%* 2008: 70%

Livres lus (pour les Français lisant des livres)
1997: 21 par an 2008: 16 par an

Source: DEPS du ministère de la Culture
*Credoc pour DLL-BPI, méthode comparable à l'enquête du DEPS

Dominique Gaultier, gérant des éditions du Dilettante: "Il ne faut pas raisonner titre par titre"

"Pendant 15 ans, je n'ai pas gagné d'argent, puis j'ai eu la chance de découvrir Anna Gavalda. On ne peut jamais prévoir ce qui marchera. Mais miser sur un grand nombre de livres permet d'augmenter les chances d'avoir un succès. D'autant que le coût de publication d'un titre a baissé grâce à la technologie, et n'est aujourd'hui plus que de quelques dizaines de milliers d'euros. Mais il ne faut pas avoir un raisonnement purement économique titre par titre, sinon on ne publierait par exemple pas de recueil de nouvelles, car cela se vend peu. Au final, les livres qui marchent financent les autres, et cette péréquation permet d'être globalement rentable. Typiquement, un premier roman se tire à 3.000 exemplaires, puis peut se vendre à 500 comme à 300.000 exemplaires".

Jamal Henni