BFM Business

David Beckham, la poule aux oeufs d'or du PSG

David Beckham, 37 ans, s'est engagé pour cinq mois avec le Paris Saint-Germain, jeudi 31 janvier.

David Beckham, 37 ans, s'est engagé pour cinq mois avec le Paris Saint-Germain, jeudi 31 janvier. - -

Si l'arrivée de la star anglaise au PSG suscite un certain scepticisme d'un point de vue sportif, l'opération va s'avérer très rentable pour le club de la capitale.

C’est sans doute le plus joli coup du Paris Saint-Germain sur le marché des transferts. Car si David Beckham est encore –on l’espère- un joueur bourré de talent, son arrivée dans la capitale, officialisée jeudi 31 janvier, est avant tout une opération financière très rentable.

Tout d’abord, le club parisien n’a pas déboursé un centime pour faire venir l’Anglais, libre de tout contrat depuis la fin de la saison nord-américaine. Ensuite, il est probable que la star fasse sensiblement augmenter les ventes de maillots, produits dérivés... Durant les quatre ans passés sous les couleurs du Real Madrid, David Beckham a ainsi vendu un million de maillots à son nom. Au total, les recettes de merchandising du club espagnol sur cette période sont estimées à 460 millions d’euros.

Plus proche de la situation actuelle, son passage de six mois (deux fois trois mois) au Milan AC avait rapporté 20 millions d’euros au club lombard. Au PSG, Beckham a signé un contrat de cinq mois, ce qui laisse espérer des revenus proches de ce montant.

La mairie de Paris aux anges

L’arrivée du Spice boy est aussi une excellente nouvelle pour le rayonnement international du club parisien, qui lorgne les marchés émergents, dont la Chine, férue de football et de Beckham. Dans la même logique, la Ville de Paris bénéficiera de l’image glamour de l’Anglais. "C'est une très bonne nouvelle (...) qui contribue à l'image de Paris dans le monde (...) c'est une grande personnalité sportive qui a une audience internationale", a d’ailleurs déclaré Bertrand Delanoë, ce vendredi sur Europe 1.

Tout ce qu'il "dit de Paris, une ville merveilleuse et attractive, c'est très bon pour l'économie parisienne, c'est très bon pour cette ville qui est la première destination touristique du monde", s’est félicité le maire de la capitale.

Optimisation fiscale

Mais une autre opération, moins médiatique, va s’avérer très profitable au PSG. David Beckham a déjà annoncé qu’il ne toucherait aucun salaire, en échange de dons versés par le club à des associations caritatives. Ce qui ouvre la porte à une optimisation fiscale intéressante pour les propriétaires qataris. Le droit fiscal français prévoit en effet que Les entreprises assujetties à l'impôt sur le revenu ou sur les sociétés peuvent bénéficier d'une déduction fiscale égale à 60 % du montant du don dans la limite d'un plafond de 5 ‰ du chiffre d'affaires annuel. Celui du PSG étant estimé à 100 millions d’euros. Le club pourrait donc faire une économie d’environ 500 000 euros.

Yann Duvert