BFM Business

Comment Caisse d’Épargne veut offrir une deuxième carrière aux sportifs

La Caisse d'Épargne a présenté son nouveau dispositif, en présence de Richard Dacoury (2ème en partant de la droite).

La Caisse d'Épargne a présenté son nouveau dispositif, en présence de Richard Dacoury (2ème en partant de la droite). - Caisse d'Épargne

La banque française a présenté un dispositif d’accompagnement des sportifs de haut niveau, qu’ils soient en fin de carrière ou des graines de champions.

Le problème, pour les sportifs de haut niveau, c’est que ça ne dure pas longtemps. Et que hormis certaines stars, il est souvent compliqué d’assurer financièrement ses arrières. Les sacrifices consentis pour figurer dans l’élite de leurs sports respectifs privent en outre beaucoup d’entre eux d’un diplôme ou d’une formation pouvant leur permettre d’envisager sereinement leur avenir professionnel.

C’est dans ce contexte que la Caisse d’Épargne a choisi de développer un partenariat avec les fédérations de basket-ball et de handball, les syndicats de joueurs, des agents et les clubs, afin de faciliter la reconversion des sportifs en fin de carrière.

Un dispositif gagnant-gagnant, si l’on en croit les différentes parties, réunies jeudi au siège du groupe BPCE. Pour l’entreprise, il s’agira de recruter des talents possédant certaines caractéristiques: "La ténacité, le goût du challenge, l’esprit d’entraide, la ‘gnaque’", selon les mots de Blandine Jamin, directrice du développement RH du groupe bancaire.

Les clubs, agents et fédérations auront eux la possibilité de fournir un cadre plus confortable aux athlètes, permettant de combiner pratique sportive et formation professionnelle. Et de ne pas "abandonner" leurs champions une fois leur carrière terminée.

Richard Dacoury premier parrain

Plus rassurant, aussi, pour les parents des jeunes, inquiets de les voir délaisser les études pour vivre leur passion. Car le dispositif prévoit deux volets: un système de parrainage, destiné aux sportifs en fin de carrière (notamment pour intégrer les codes de l’entreprise ou la préparation à divers entretiens), et une formation pour les plus jeunes, leur permettant de se familiariser avec les différentes professions du monde de la banque.

Si la Caisse d’Épargne assure n’avoir prévu "aucun budget spécifique" pour financer l’opération, s’appuyant sur du "mécénat de compétences", elle s’est toutefois attachée les services d’un parrain de marque, en la personne de l’ancien champion de basket Richard Dacoury. Se disant "fier" de son nouveau rôle, celui-ci a indiqué qu’il aurait "rêvé d’avoir pu bénéficier de ce dispositif au cours de (sa) vie de basketteur pro".

Pour la Caisse d’Épargne, dont la maison-mère BPCE est partenaire du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), ce dispositif pourrait enfin permettre d’accompagner les champions de demain… et pourquoi pas des futurs médaillés aux JO de 2024, à Paris.

Y.D.