BFM Business

Ce club ultra-sélect de Cannes réservé aux multi-millionnaires

L'actrice américaine Eva Longoria lors de la montée des marches du film "Inside Out"

L'actrice américaine Eva Longoria lors de la montée des marches du film "Inside Out" - Anne-Christine Poujoulat AFP

Le Marché du film de Cannes a organisé un séminaire sur le financement du cinéma ciblant les multi-millionnaires à la recherche de placements.

Oubliez le Silencio ou la villa Schweppes. Le club le plus sélect du festival de Cannes, c'est celui-là. Il ne compte que 11 membres, dont l'identité est secrète -on sait juste qu'ils sont français, monégasques, suisses ou américains. Même le montant exact de l'adhésion à ce club est confidentiel -il serait de plusieurs milliers d'euros. Surtout, il faut être au moins multi-millionnaire pour en faire partie. Mais l'adhésion ne se fait pas en remplissant un formulaire, ou en s'inscrivant sur un site web, mais uniquement en étant coopté.

Montée des marches et yacht de luxe

Ce club très très privé a tenu sa première réunion le 18 mai au très chic hôtel Majestic. La réunion s'est achevée par la montée des marches du dessin animé Inside out, puis par un cocktail sur un yacht de luxe, le Sunliner X.

Ce club s'appelle le Cannes Investors Club. Il est réservé au high networth individuals qui veulent investir dans le cinéma. Ces millionnaires ont eu droit à un séminaire d'une journée en anglais sur le financement du 7ème Art, avec des professionnels réputés, notamment un déjeuner avec le producteur Vincent Grimond, président de Wild Bunch.

Aléatoire et opaque?

"Les participants ont été recrutés en contactant des banquiers, des gérants de fortune, des family offices...", explique Jérôme Paillard, directeur délégué du Marché du film de Cannes, qui a organisé l'évènement.

Il explique: "les producteurs ont un besoin vital de diversifier leur financement, notamment avec du capital. En face, il y a beaucoup d'argent disponible à la recherche de bon placements, mais qui hésite à aller dans le cinéma, perçu comme aléatoire et opaque. Or, en réalité, le cinéma peut offrir des rendements attractifs par rapport à d'autres secteurs. A condition bien sûr de connaître ses mécanismes et d'être bien placé dans les couloirs de remboursement".

En pratique, le Marché du film a confié l'élaboration du séminaire à trois experts du financement du cinéma: Serge Hayat, Karen Adler et Thomas Saignes. D'ores et déjà, il a été décidé de renouveler l'expérience l'an prochain.

Les affaires reprennent timidement au marché du film

Le Marché du film de Cannes permet aux professionnels du monde entier de vendre les droits de distribution des films pays par pays. Son directeur délégué Jérôme Paillard tire un bilan positif de l'édition 2015: "nous atteignons un record avec 120 pays représentés. Le nombre de participants est stable, autour de 12.000. Nous avons constaté un afflux de participants sud-coréens, en hausse de +15% cette année, après avoir déjà augmenté de +10% l'an dernier. La Corée du sud, comme le Brésil, sont des marchés qui ont redémarré, avec des prix qui repartent à la hausse".

Selon lui, "les acheteurs se sont concentrés sur quelques films phares que tout le monde voulait acheter. Les autres films ont parfois plus de mal".

Au final, "on peut estimer que le volume d'affaires a évolué positivement cette année. Il est plus ou moins étale ces dernières années, après la grosse chute des années 2009-2010, qui avait vu chuter les prix de près d'un tiers".

Jamal Henni, à Cannes