BFM Business

Bernard Arnault n'est plus la plus grande fortune française

Malgré ses 30,33 milliards d'euros, Bernard Arnault a été dépassé par Liliane Bettencourt dans le classement Challenges des plus grandes fortunes françaises. Une première depuis 2009.

Bernard Arnault n'est plus maillot jaune. Après avoir dominé le classement des plus grandes fortunes françaises durant 6 ans, le PDG de LVMH doit cette année se contenter de la deuxième place du classement Challenges. Selon l'estimation de l'hebdomadaire, la fortune de la famille Arnault s'est tassée de plus de 4 milliards d'euros en un an. Elle est passée en un an de 34,66 milliards d'euros à 30,33 milliards, soit une baisse de 12,5%.

C'est que sur l'année écoulée, les actifs de la famille Arnault n'ont pas été à la fête. À commencer par le premier d'entre eux, les 35% du capital de LVMH. Dans un contexte d'incertitude économique lié au ralentissement de la croissance chinoise et au Brexit, le cours du numéro 1 mondial du luxe a chuté de 7% sur un an. La dernière fois que la valeur de LVMH s'était contractée de la sorte c'était en 2008 en pleine crise des subprimes.

Les mauvaises nouvelles d'Arnault

LVMH chahuté donc, et Carrefour qui ne fait toujours pas rêver les investisseurs. Car Bernard Arnault détient depuis 2007 5,5% du capital du géant français de la grande distribution. Un investissement loin d'être aussi juteux qu'il l'espérait. L'action qui valait 53 euros en 2007 n'en vaut plus que 22 aujourd'hui. Et malgré la stratégie mise en place par l'enseigne pour reconquérir des parts de marché, Carrefour continue sa lente érosion avec une chute de 21% de sa valeur en un an.

Des déboires financiers qui profitent à Liliane Bettencourt qui prend la tête du classement. L'héritière de L'Oréal qui en détient 33% via sa holding Thétys a elle vu sa fortune légèrement progresser de 300 millions d'euros. Challenges estime désormais sa fortune à 31,2 milliards d'euros contre 30,9 milliards un an plus tôt. Suffisant pour souffler la première place à la famille Arnault. Le numéro 1 mondial des cosmétiques inspire plus la confiance des investisseurs grâce à une croissance toujours soutenue dans la beauté.

Les Mulliez troisièmes ou largement premiers?

La troisième place est occupée par la famille Mulliez avec 26 milliards d'euros. Les nordistes propriétaires des enseignes Auchan, Leroy-Merlin ou encore Decathlon ont enregistré cette année la plus forte croissance de ce classement. Leur fortune est passée en un an de 23 à 26 milliards d'euros. Bien que non cotées en bourse, les sociétés de la galaxie Mulliez ont vu leur valeur grimper sur l'année passée. Mais la fortune de ces derniers fait néanmoins débat. Selon Capital, ce serait en effet les Mulliez qui détiendraient et de loin la plus grande fortune de France avec un capital estimé à 40,2 milliards d'euros par l'économiste Benoît Boussemart, spécialiste en évaluations financières.

Au total, les grandes fortunes hexagonales ont tout de même été un peu moins riches sur l'année écoulée. Selon Challenges, les 500 membres de ce classement ont vu leur patrimoine légèrement reculer de 4 milliards d'euros à 456 milliards, soit l'équivalent d'un cinquième du PIB français. Les plus gros reculs, c'est dans les valeurs technologiques qu'on les trouve. Patrick Drahi, PDG d’Altice (au capital de NextInteractive, propriétaire de BFM) a enregistré un recul de près de 10 milliards d'euros en un an avec une fortune désormais estimée à 7,5 milliards. Vincent Bolloré, 10ème du classement, a vu lui son capital fondre de 25% avec la chute en bourse de Vivendi. Pour Pierre Omidyar, fondateur d'eBay, la dégringolade a été plus impressionnante avec un recul de 70% à 1,8 milliard d'euros. Tout comme Renaud Laplanche, congédié il y a quelques semaines de son entreprise Lending Club et qui occupe la dernière place de ce classement avec une fortune de 100 millions d'euros.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco