BFM Business

Avec Okast, vous allez vendre vos propres vidéos... à la demande

Le site propose déjà une trentaine de contenus

Le site propose déjà une trentaine de contenus - Okast

Cette start-up française, qui vient d'ouvrir son service,  permet à tous les créateurs de vendre leurs vidéos sur internet. Une solution utile pour tous les contenus jugés trop pointus par les sites de VOD.

Internet recèle une profusion de contenus vidéo, mais la plupart de ce contenu est gratuit. "Or beaucoup de créateurs veulent monétiser leurs contenus pour en tirer des revenus. La seule solution jusqu'à présent était les sites de vidéo-à-la-demande, mais ceux-ci sont très sélectifs, et prélèvent sur le prix de vente une commission importante de 40% à 50%", explique Simon Le Déaut, président et fondateur de Okast.

Cette start up, qui vient d'ouvrir son service, veut donc apporter une réponse à ce problème: elle propose aux créateurs de monétiser les contenus qu'ils veulent, en prélevant une commission réduite de 0,5 euro plus 10% du prix de vente. Le prix de vente minimal est de 0,99 euro.

Diffuser soi-même son contenu

"Cette solution permet au créateur de diffuser lui-même son contenu, comme le crowdfunding a permis de se financer soi-même, ajoute Simon Le Déaut, un ancien de France Télévisions. L'internaute peut être prêt à acheter une vidéo pour exprimer son soutien au créateur. C'est ce qui arrive déjà pour certains YouTubers américains, qui proposent leurs nouvelles vidéos en avant-première contre rémunération. Mais cette solution peut aussi être utile pour tous les contenus -documentaires, courts métrages...- jugés trop pointus par les sites de vidéo-à-la-demande, et donc disponibles nulle part".

En pratique, les vidéos seront accessibles sur le propre site du créateur, ou sur le site d'Okast. Les coordonnées de l'acheteur sont communiquées au créateur, qui peut ainsi établir un lien direct avec lui. La start-up propose enfin différents services pour marketer sa vidéo: outils de partage sur les réseaux sociaux, statistiques d'audience, conseils... 

Levée de fonds

D'ores et déjà, Okast compte parmi ses clients: Yade French Connection (films et documentaires), Yukunkun (fictions et documentaires), 10.7 Production (documentaires), Multipass Prod (cinéma indépendant), Independent Spirit (cinéma indépendant) et Shoco (site de courts métrages). Cela lui permet de proposer une trentaine de vidéos, vendues entre 1,99 et 8,99 euros. 

L'objectif est de générer un million d'euros de chiffre d'affaires d'ici 18 mois. Pour l'instant, Okast est une SAS au capital de 12.000 euros détenue par ses fondateurs. Mais la start-up veut lever d'ici l'été 300.000 à 500.000 euros auprès de business angels pour financer le lancement du service sur Apple TV, téléphone mobile, télévision connectée... 

Mise à jour: Okast a annoncé en février 2017 son rachat par FlameFy, société franco-chinoise créée en 2013 et spécialisée dans l'analyse de l'audience et de la consommation de contenu grâce à l'intelligence artificielle et au big data. Incubée chez TF1, FlameFy compte pour clients Canal Plus, TF1, France Télévisions, Glory Paris , BFM TV ou l’INA.

Jamal Henni