BFM Business

Altice va-t-il mettre la main sur Charter Communications?

Altice veut mettre la main sur Charter Communications

Altice veut mettre la main sur Charter Communications - ERIC PIERMONT / AFP

Le groupe français de communication veut lancer une offre sur le deuxième cablo-opérateur américain, valorisé à 118 milliards de dollars à Wall Street.

Altice veut racheter Charter Communications, le deuxième câblo-opérateur américain, dont l'une des marques commerciales les plus connues est Spectrum, ont indiqué mercredi à l'AFP des sources bancaires. Une telle transaction ferait de Patrick Drahi, le magnat des médias et télécoms français, le deuxième acteur d'un secteur aux marges lucratives aux États-Unis mais bouleversé par la vidéo en ligne à la demande (streaming).

Altice, qui détient entre autres la chaîne de télévision française BFMTV et les journaux Libération et L'Express, n'a pas encore fait d'offre, ont ajouté ces sources sous couvert d'anonymat. La chaîne de télévision américaine CNBC avait été la première à faire état de l'intérêt d'Altice pour Charter. Sollicité par l'AFP, Altice s'est refusé à tout commentaire. À Wall Street, le titre Charter montait de 2,24% à 398,48 dollars vers 15H35, tandis que l'action Altice reculait de 0,23% à 30,98 dollars.

Une grosse prise

Charter Communications est une grosse proie: sa capitalisation boursière était de 118 milliards de dollars mercredi à Wall Street, tandis qu'Altice USA était valorisé à 23 milliards. Mais la valeur d'entreprise d'Altice, la maison mère d'Altice USA, est de 90 milliards de dollars En outre, ce n'est pas la première fois qu'Altice s'attaquerait à un groupe plus grand que lui: en 2014 il avait racheté, via Numericable, SFR dont le chiffre d'affaires était plus de dix fois supérieur.

Patrick Drahi entretient également de bonnes relations avec John Malone, le "roi" du câble américain, premier actionnaire de Charter via son groupe Liberty Media. Charter permettrait à Altice de devenir non seulement un câblo-opérateur de premier plan aux États-Unis mais aussi de réaliser d'importantes synergies, au moment où le groupe investit des milliards de dollars dans la fibre optique et autres technologies pour répondre à un milieu des télécommunications en pleine mutation.

Une entité Altice-Charter aurait aussi un levier important dans les négociations avec les groupes de médias pour la distribution de leurs contenus. Le groupe du milliardaire français n'est toutefois pas seul sur les rangs. Charter a rejeté récemment l'idée d'une fusion avec l'opérateur de téléphonie mobile américain Sprint mais Softbank, sa maison mère et propriété du milliardaire japonais Masayoshi Son, étudierait une offre publique d'achat (OPA), selon la presse américaine.

P.L avec AFP