BFM Business

À Paris, Christie’s et Drouot sont désormais au coude à coude

Le marché des ventes aux enchères a été dynamique en 2017.

Le marché des ventes aux enchères a été dynamique en 2017. - Jeff Pachoud - AFP

La maison de vente britannique a vu son résultat bondir en 2017, se rapprochant ainsi de sa concurrente française.

Si le marché de l’art se porte bien, en particulier sur la place de Paris, le phénomène profite en premier lieu aux maisons de ventes anglo-saxonnes. C’est ce qui ressort de l’état des lieux effectué par Les Echos, mettant ainsi en lumière la fragilité du leadership du français Drouot.

Pourtant, ce dernier a maintenu la barre en 2017, affichant un chiffre d’affaires quasi-stable à 377 millions d’euros. Mais derrière, les performances de ses concurrents impressionnent.

Le chiffre d'affaires de Christie's France en hausse de 40%

En particulier celles de Christie’s, dont les revenus en France ont bondi de 40% sur un an, pour atteindre 342 millions d’euros, raflant au passage la plus grosse vente parisienne de l'année avec La Grande femme II de Giacometti (24,9 millions d'euros). Tandis que l’américaine Sotheby’s les a, de son côté, fait grimper de plus de 12%, à 246,5 millions. Dans le même temps, le numéro 3 français Artcurial voyait ses ventes baisser de 9%, à 191 millions.

Une montée en puissance des anglo-saxons qui s’expliquerait notamment, selon Les Echos, par "l’attractivité retrouvée de la place de Paris", le président du conseil de surveillance d’Artcurial n’hésitant pas évoquer un "effet Macron".

Y.D.