BFM Business
Entreprises

Camaieu: des salariés occupent le siège de l'enseigne

A Roubaix, une trentaine de salariés de Camaieu occupent le siège de l'enseigne placée en liquidation judiciaire.

Une trentaine de salariés de l'enseigne de prêt-à-porter Camaieu, mise en liquidation, ont fait irruption ce mardi au siège de la société à Roubaix, à l'issue d'une assemblée générale tenue à l'extérieur à l'appel de la CGT.

Les protestataires, accompagnés du délégué CGT Thierry Siwik, ont arraché un grillage pour pénétrer sur le parking du siège. Ils ont ensuite gagné le hall, sans intervention des vigiles, avant d'occuper les lieux, affirmant vouloir y rester dans l'immédiat. "Je comprends leur colère. C'est hyper triste. La société ne méritait pas de disparaître", a réagi la directrice générale de Camaieu, Sandrine Lilenfeld, présente sur place.

"On veut montrer que l'entreprise nous appartient"

"Cela fait partie du rapport de force, sinon on ne sera pas entendus", a expliqué Thierry Siwik, dont le syndicat n'est pas majoritaire. "On veut montrer que l'entreprise nous appartient, qu'on n'est pas responsables de cette situation, que c'est l'actionnaire qui est responsable", a-t-il ajouté, soulignant qu'il n'y aurait "pas de casse".

Une cinquantaine de salariés, certains revêtus de gilets CGT, s'étaient auparavant rassemblés à l'extérieur pour écouter l'avocat de la CGT, Me Fiodor Rilov, leur proposer d'entamer une procédure contre la direction. Objectif: toucher un maximum d'indemnités et faire condamner "les coupables de cette injustice sociale et économique". La CGT souhaite également un maintien des emplois.

Les salariés de Camaieu ont envahi le siège de l'enseigne à Roubaix ce mardi 4 octobre.
Les salariés de Camaieu ont envahi le siège de l'enseigne à Roubaix ce mardi 4 octobre. © BFM Lille

En cessation de paiement deux ans après sa reprise par la Financière immobilière bordelaise, Camaieu, qui emploie quelque 2600 salariés - dont un demi-millier à Roubaix - a été mis le 28 septembre en liquidation par le tribunal de commerce de Lille, et ses activités mises à l'arrêt le 1er octobre.

P.L. avec AFP