BFM Business

Un ex-trader de JPMorgan arrêté en Espagne

Un ex-trader de JPMorgan a été arrêté

Un ex-trader de JPMorgan a été arrêté - -

Javier Martin-Artajo a été arrêté ce mardi 27 août. Il est accusé ainsi que Burno Iksil, "la baleine de Londres", et Julien Grout d'avoir masqué 6 milliards de dollars de pertes. De son coté, Julien Grout négocie avec les Etats-Unis.

Le scandale continue pour les traders de JPMorgan. Trois ex-traders de la banque, deux Français, Julien Grout et Bruno Iksil surnommé "la Baleine de Londres", et un Espagnol, Javier Martin-Artajo, avaient au printemps 2012 masqué des pertes de 6 milliards de dollars.

Mi-août, les Etats-Unis ont décidé de poursuivre Julien Grout et Javier Martin-Artajo. Ce mardi 27 août, la police espagnole vient d'annoncer avoir "arrêté un citoyen espagnol réclamé par les Etats-Unis pour fraude et délits fiscaux", dans un communiqué.

"Il s'agit de Javier Martin-Artajo Rueda" et "il a été présenté à un juge d'instruction", a précisé à l'AFP une source policière.

De son coté, Julien Grout n'est pour l'instant pas inquiété. "La France n'extrade pas ses ressortissants", a expliqué l'avocat, Edward Little, joint par téléphone. "Nous négocions avec les Etats-Unis sur la manière de procéder. La seule manière par laquelle il reviendrait aux Etats-Unis, c'est si nous pouvons parvenir à un accord raisonnable sur une caution".

Refus d'alerter la direction

Les faits remontent début 2012. Bruno Iksil est un trader français qui travaille chez JPMorgan Chase à Londres. Il a pris des positions impressionnantes sur les marchés financiers, d'où son surnom. Ces positions sont devenues trop visibles et les autres traders se sont retournés contre lui, obligeant la banque à brader ses positions. Cela lui a coûté 6 milliards de dollars.

Mais Bruno Iksil n'est pas le seul à avoir fauté dans l'histoire. Julien Grout était trader junior, chargé de préparer les rapports internes quotidiens sur les pertes et profits des opérations de son service. Il aurait falsifié les documents.

Javier Martin-Artajo dirigeait la stratégie de courtage du service. Il est accusé d'avoir fait pression sur les deux traders et refusé de voir une véritable évaluation de ces pertes apparaitre dans les documents officiels transmis à la hiérarchie de la banque. Bruno Iksil aurait tenté d'avertir ses deux collègues de l'ampleur des pertes.

Diane Lacaze & AFP