BFM Business

La BCE maintient ses taux et son programme de soutien à l'économie

Mario Draghi, le président de la BCE.

Mario Draghi, le président de la BCE. - John Thys - AFP

La Banque centrale européenne a maintenu ses taux directeurs au plus bas, et a assuré qu'elle allait poursuivre son programme de rachats de dette.

La Banque centrale européenne a maintenu jeudi ses taux directeurs au plus bas et confirmé son vaste programme de rachats de dette au moins jusqu'en septembre, à un rythme diminué de moitié par rapport à l'année dernière.

Le principal taux de refinancement a été laissé à zéro tandis que les banques vont continuer à payer auprès de la BCE un intérêt négatif de 0,40% pour les liquidités dont elles n'ont pas l'utilité immédiate.

Comme elle l'avait décidé en octobre, la BCE a par ailleurs ramené ses rachats nets de dette publique et privée à un rythme de 30 milliards d'euros mensuels depuis le début du mois et jusqu'en septembre, voire au-delà si nécessaire, contre 60 milliards d'euros mensuels jusqu'en décembre dernier.

Le Conseil des gouverneurs présidé par Mario Draghi se tient également toujours prêt à "accroître le volume et/ou à allonger la durée" du programme d'achats d'actifs, selon le communiqué résumant ses décisions.

Les taux ne devraient pas bouger rapidement

La BCE prévoit enfin, dernier point surveillé par les observateurs, que ses taux d'intérêt resteront à leurs niveaux actuels "bien au-delà" de la fin des achats nets d'actifs, laquelle pourrait intervenir fin 2018 selon la majorité des prévisions.

Le compte-rendu de la dernière réunion de la BCE de décembre a en effet semé le trouble en annonçant que la BCE pourrait communiquer "tôt dans l'année" son plan d'arrêt des rachats d'actifs, alors que Mario Draghi n'avait rien laissé transparaître de tel.

Rendu prudent par la mollesse de l'inflation, le banquier italien doit aussi composer avec l'envol de l'euro après des propos du secrétaire américain du Trésor, Steven Mnuchin, favorable mercredi soir à un "dollar plus faible". La BCE va ainsi "surveiller" la volatilité des changes, une "source d'incertitudes"; a indiqué Mario Draghi.

Y.D. avec AFP