BFM Business

Eurazeo va doubler de taille avec le rachat d'Idinvest

Le président historique d'Eurazeo, Patrick Sayer (à droite sur la photo) a passé la main à Virginie Morgon (à gauche sur la phot), qui prendra ses fonctions en mars 2018.

Le président historique d'Eurazeo, Patrick Sayer (à droite sur la photo) a passé la main à Virginie Morgon (à gauche sur la phot), qui prendra ses fonctions en mars 2018. - Eric Piermont-AFP

La société d'investissement Eurazeo est entrée en négociations exclusives afin d'acquérir 70% du capital de la société de gestion Idinvest, aux côtés des équipes de direction, ce qui lui permettrait de doubler son portefeuille.

Eurazeo, qui gère actuellement 8 milliards d'euros, devrait doubler de taille à la suite de l'acquisition d'Idinvest pour laquelle il a entamé des négociations exclusives. Idinvest, contrôlée depuis 2010 à hauteur de 51% par la société d'investissement IDI, gère près de 7 milliards d'euros d'actifs pour le compte de compagnies d'assurances et de grands institutionnels, ainsi que de particuliers.

Créée en 1997 sous le nom d'AGF Private Equity, Idinvest compte près de 90 collaborateurs répartis dans des bureaux à Paris, Francfort, Madrid et Milan.

De son côté, la société française Eurazeo, basée à Paris, Luxembourg, New York, Shanghaï et Sao Paulo, est structurée sous la forme de cinq pôles, actifs sur différents segments du capital investissement (PME, sociétés de biens de consommations etc).

Eurazeo possède des parts dans plus de 35 sociétés

Eurazeo possède ainsi des parts dans plus de 35 entreprises aux profils très diversifiés: du loueur de voitures Europcar à la marque de vêtements bariolés Desigual, créée à Barcelone en 1984, en passant par AccorHotels ou le fabricant de doudounes haut de gamme, Moncler.

Son président historique, Patrick Sayer, est en train de passer la main à Virginie Morgon, qui prendra ses fonctions en mars 2018. La future dirigeante, qui était membre du directoire de la société depuis dix ans, a l'intention de mener une stratégie axée sur les États-Unis.

F.Bergé avec AFP