BFM Business

Crédit revolving : « Ce n’est pas le rôle de la Banque Postale »

La Banque Postale va proposer un crédit à la consommation à ses clients : un prêt de 1000 euros au taux maximum de 12% remboursable sur 29 mois.

La Banque Postale va proposer un crédit à la consommation à ses clients : un prêt de 1000 euros au taux maximum de 12% remboursable sur 29 mois. - -

Ce lundi La Banque Postale présente sa nouvelle offre de crédit. L’organisme financier propose désormais un prêt de 1000 euros avec un taux d’intérêt maximum de 12% remboursable sur 29 mois. Extrêmement dangereux disent les syndicalistes du groupe.

Face au développement des offres de crédit renouvelable ou crédit revolving, La Banque Postale était à la traîne. Elle a mis fin à son retard. La Banque Postale propose désormais un crédit renouvelable à ses clients qu’elle présente ce lundi matin en conseil d’administration. Ce crédit renouvelable fait l'objet d'un paragraphe entier dans le futur contrat d'entreprise entre la Poste et l'Etat. Ici, il s'agit d'un prêt de 1000 euros accessible sur Internet et par téléphone remboursables sur une période de 29 mois avec un taux d'intérêt nettement avantageux : 12 % maximum. Loin des 20% qu'on peut voir dans la grande distribution par exemple. Et ce taux, associé à une banque publique avec pour slogan « Banque et Citoyenne », rassure les futurs clients comme Thibault, jeune actif très ambitieux. « On a tous besoin de crédits pour monter des projets. Avec la Banque Postale, pourquoi pas. C’est une entreprise qui est quand même importante en France et on a relativement confiance », explique-t-il.

« Une facilité extrêmement dangereuse »

Un point de vue que ne partagent pas les syndicats du groupe pour qui en temps de crise ce genre d’offre n'aide pas forcément les clients. Ils affirment que le crédit revolving à La Banque Postale est même aux antipodes de l'image de service public de la Poste, notamment Sud-PTT. Pour Nicolas Galépidès, du syndicat Sud-PTT ce crédit pousse même à l'endettement. « Au moment où vous pouvez vous en échapper, parfois des difficultés arrivent et que vous réalimentiez ce crédit revolving et c’est cette facilité qui est extrêmement dangereuse », insiste le syndicaliste. Mais les associations de consommateurs, elles, semblent plus sereines vis-à-vis des consommateurs qui profiteraient de cette offre. Maxime Chapoy de l'UFC-Que Choisir l'a étudié de près. « Le fait que le taux soit moins élevé cela rend le crédit moins toxique. La Banque Postale est une banque donc théoriquement elle est censée mieux savoir si le client a déjà un crédit », insiste-il.

« Un instrument terrible de surendettement »

Bernard Dupin est l'administrateur CGT de la Poste. Pour lui, ce n’est pas le rôle d’un organisme public comme la Banque Postale d’assurer ce genre de service à ses clients. « Ça représente un véritable danger dans un contexte économique dans lequel on se retrouve aujourd’hui, explique le syndicaliste. C’est un instrument terrible de surendettement. Je crois savoir qu’il y a une personne sur cinq qui finit tous les mois à découvert. Aujourd’hui, le rôle de la Banque Postale en tant que banque avec des valeurs de service public, n’est pas à pousser les familles vers une catastrophe financière à travers cet outil-là. Ce n’est pas du rôle de la Banque Postale ».

Le titre de l'encadré ici

Qu'est-ce que le crédit revolving ?|||

Le crédit "revolving" c'est quoi? C'est une pratique bancaire par laquelle un établissement financier met à la disposition d'un emprunteur, pour une durée limitée mais renouvelable, une somme d'un montant maximum lui permettant, moyennant le versement d'un intérêt convenu, de réaliser des achats auprès de commerçants.

Tugdual de Dieuleveult avec P. Baduel