BFM Business

BNP Paribas met le paquet sur le digital

La BNP va tenter de rattraper son retard sur la Société Générale dans le digital.

La BNP va tenter de rattraper son retard sur la Société Générale dans le digital. - Reinhardhauke - Wikimedia - CC

La banque française investit massivement pour développer ses outils numériques. Un levier efficace pour recruter de nouveaux clients et retrouver des marges.

BNP Paribas met la dernière touche à son plan stratégique qui sera officiellement dévoilé début 2017. Les premiers éléments commencent à filtrer. Selon les syndicats, la banque va investir 2 à 3 milliards d'euros d'ici 2020. Un investissement qui sera pour l'essentiel consacré au numérique.

Jean-Laurent Bonnafé, le directeur général de la banque, avait prévenu qu'il comptait accélérer le mouvement. "Le temps est venu d'investir vaillamment et de transformer la banque" a-t-il déclaré il y a quelques semaines. Les montants révélés aux syndicats lors d'un comité central d'entreprise prouvent qu'il a effectivement de grosses ambitions.

Toutes les banques sont engagées dans une véritable course contre la montre pour accélérer leur transformation. Une course dans laquelle la Société Générale a pris un temps d'avance. Il y a tout juste un an, elle avait annoncé sa volonté d'investir 1 milliard et demi d'euros dans le digital et la transformation de ses réseaux.

Une offensive pour aller chercher de la rentabilité

"Les banques n'ont pas le choix" analyse un expert du secteur. Les deux leviers sur lesquels elles misaient jusqu'ici pour générer des revenus ne fonctionnent plus. Les commissions, c'est à dire les agios, entre autres, sont de plus en plus encadrées. Les marges sont attaquées par des taux historiquement bas. Dans ce contexte, le digital est devenu un outil absolument incontournable pour aller chasser les clients et accélérer les transactions à moindre coût. D'ici 2020, 50% des ventes de BNP Paribas "seront réalisées grâce au digital" assure le patron de la banque.

Une menace pour les réseaux

Le digital va-t-il tuer les agences? Toutes les banques s'en défendent et assurent que réseaux et digital seront complémentaires. Elles se contentent pour l'instant de parler de rationalisation des réseaux. La Société Générale se donne par exemple jusqu'à 2020 pour fermer 400 agences, soit 20% de son réseau. Elle en a déjà fermé 72. BNP Paribas est à peu près sur les mêmes ordres de grandeur. Jean-Laurent Bonnafé vient d'ailleurs de répéter aux syndicats qu'il n'y aurait pas de plan social. "Jusqu'à quand ?" s'interrogent les syndicats. Selon eux, ces promesses ne sont pas vraiment tenables. Les banques ne vont évidemment pas faire de telles annonces avant l'élection présidentielle. Un répit, nous assure un responsable syndical qui explique: "Jusqu'ici les réductions d'effectifs ont pu se faire en douceur grâce à la pyramide des âges, cela ne va pas durer".

Caroline Morisseau, édité par N.G.