BFM Business

En 2028, la DGSE quittera le boulevard Mortier pour s'agrandir et se moderniser à Vincennes

La DGSE va quitter le boulevard Mortier pour s'installer en 2028 au Fort Neuf de Vincennes, dans l'est de la capitale.

La DGSE va quitter le boulevard Mortier pour s'installer en 2028 au Fort Neuf de Vincennes, dans l'est de la capitale. - Martin Bureau - AFP

Déménagement historique pour les espions français. Ils quitteront la "Piscine" en 2028 pour s'installer dans le Fort Neuf de Vincennes dans des locaux ultramodernes pour accueillir de nouvelles recrues et optimiser la cyberdéfense.

Une page va se tourner dans l'histoire du renseignement français. Le ministère des Armées a annoncé que la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure) s'apprête à quitter son QG historique du 141 boulevard Mortier, dans le XXe arrondissement de Paris, qu'il occupe depuis près de 80 ans.

Les espions français s'installeront en 2028 au Fort Neuf de Vincennes, dans l'est de la capitale. L'annonce leur a été faite par Emmanuel Macron lors d'une visite le 6 mai dans les locaux du boulevard Mortier. Elle vient d'être rendue publique par le ministère des Armées.

Ce déménagement et les travaux -qui débuteront en 2024- représentent un coût de 1,3 milliard d'euros. Le coût total du projet sera répartie sur deux LPM (loi de programmation militaire), celle de 2019-2025 (880 millions d'euros) et la suivante (2026-2033).

"L’accroissement des effectifs de la DGSE et le déploiement de nouvelles capacités techniques se heurtent aux limites de son site actuel. Morcelé et vieillissant, cet immobilier pavillonnaire ne permettra bientôt plus à la DGSE d’exploiter tout son potentiel de fonctionnement", indique le ministère des Armées.

Commandement de la cyberdéfense

Les locaux du Fort Neuf s'étendent sur 20 hectares, soit une surface deux fois plus importante que celle du boulevard Mortier. Ils permettront "de renforcer les synergies avec les autres services de renseignement de l’Etat comme la Direction du renseignement militaire, la Direction du renseignement et de la sécurité de la défense ainsi que le Commandement de la cyberdéfense.

"Les équipes en charge de la cyberdéfense bénéficieront de locaux dédiés et adaptés, conçus spécifiquement pour répondre à leurs besoins opérationnels", précise le Ministère.

En 2020, en pleine crise du Covid qui a fait bondir les cyberattaques, la DGSE a lancé une campagne de recrutement inédite pour attirer des passionnés d'informatiques.

"La cybersécurité, c'est l'alpha et l'oméga de la sécurité du monde dans lequel on vit. Si on n'est pas capable de sécuriser nos systèmes, toute autre sécurité ne sert plus à rien", expliquait à l'époque Patrick Pailloux, directeur technique de la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). .

La "Piscine", surnom donné en raison de la proximité de la piscine des Tourelles, était à l'origine une caserne transformée en prison pendant la deuxième guerre mondiale. Dès 1946, le Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE), devenu DGSE, s'y installe.

Cette antre a été popularisée récemment avec "Le Bureau des légendes". Cette série, qui a même servi pour une campagne de sensibilisation aux dangers des cyberattaques, a dévoilé quelques éléments des lieux comme la cantine, la salle de crise aux sièges bleus et les accès par de mutiples portes sécurisées.

Ce déménagement n'est pas sans rappeler celui de la police parisienne, qui a quitté en 2017 le 36 quai des Orfèvres où elle se trouvait depuis un siècle pour rejoindre la nouvelle Cité judiciaire des Batignolles. Le "36", comme la "Piscine", sont des lieux mythiques chargés d'histoires et de secrets.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco