BFM Business

Le "mari du bureau", une relation essentielle? 

"A défaut d'être votre conjoint à la ville, il (ou elle) est votre binôme préféré au bureau. En tout bien tout honneur. Non seulement vous travaillez bien ensemble, mais vos discussions ne se limitent pas aux ragots. Une véritable âme soeur."

Le "mari du bureau", ou le MDB pour les intimes. Le concept vient des États-Unis, où il fait l’objet de livres, de films, d'études sociologiques. Là-bas, les Américains parlent de “The Office Soulmate”, “l’âme soeur du bureau”, et 40% des salariés déclarent en avoir une.

Le mari ou la femme de bureau n’est pas du tout quelqu’un avec qui l'on entretient une relation intime sur le plan physique. C’est un collègue du sexe opposé, qui, à la ville, est en couple. Le principe ne consiste pas à se draguer. Il (ou elle) est juste votre binôme préféré. Celui ou celle qu’on est content de voir en arrivant le matin, qui aide à supporter les petites frustrations du boulot.

Un mari sans les tensions du quotidien

La relation commence en travaillant ensemble. On discute des dossiers en cours, de la meilleure manière de les traiter. On se fait participer mutuellement à des missions sympathiques. Le duo fonctionne bien. Mais petit à petit, on devient plus proche avec son MDB. Les discussions ne se limitent plus aux ragots du bureau. On se confie. Le collègue masculin explique à sa partenaire féminine pourquoi son homme réagit comme il le fait, elle lui dévoile comment fonctionnent les femmes.

L’avantage c’est qu’avec lui ou elle, il n’y a pas les tensions du quotidien, pas d’engagement, pas d'argumentation à propos de qui va faire les courses ce soir. Pourquoi forcément quelqu’un du sexe opposé? Parce que souvent, notre vision du monde est différente. On s’apporte des regards complémentaires sur les contrats, les réunions et les rapports humains.

Une relation à risque

Cette relation comporte-t-elle des risques? Indéniablement, cette proximité peut alimenter des rumeurs dans l’open space. Dans ce cas, il faut vite y couper court. Parler de son conjoint, louer les qualités professionnelles de son MDB. Et replacer la relation dans son contexte aux yeux des autres collègues.

Il peut aussi y avoir de l’ambiguïté, comme dans toute amitié homme-femme. Mais, si attirance il y a, consciente ou non, elle doit rester contenue, maîtrisée. La relation ne reste épanouissante personnellement et professionnellement que si elle ne dérive pas vers le flirt. Sinon, c’est un amant, plus un MDB.

Pour palier ces risques, on peut aussi la jouer polygame, et avoir plein de maris et femmes de bureau. Pour ces relations productives et motivantes, la morale n'impose aucune limite.

Nina Godart