BFM Business

Combien donner pour un cadeau de départ sans passer pour un pingre?

Un(e) collègue se marie, part en congé maternité, a trouvé un meilleur job ailleurs… Autant d'occasions pour fêter l'événement et lui offrir un cadeau. Mais le passage de l'enveloppe est toujours un moment délicat.

Pas un départ en entreprise sans un pot. Mais avant de trinquer, il faut bien souvent mettre la main à la poche pour contribuer au cadeau que l'on offrira à ce collègue. C'est ainsi que des enveloppes circulent sous le bureau. "Claire de la compta part en congé maternité, est-ce que tu veux donner quelque chose pour son cadeau de départ? " vous interpelle un collègue qui a pris en charge la collecte. Claire, vous ne l'avez jamais vue, le fait qu'elle parte en congé maternité ne vous bouleverse pas et en plus elle va revenir.

Alors que faites-vous sous la pression populaire? Quatre scénarios sont envisageables:

A> Vous dites non et vous passez l'enveloppe

B> Vous sortez 3,50 euros en pièces de 10 centimes

C> Vous donnez le classique billet de 10 euros

D> Vous sortez le chéquier

Mais une question essentielle reste en suspens: pourquoi partir en congé maternité mérite un cadeau de vos collègues? Et plus généralement, pourquoi inondons-nous de cadeaux les gens qui partent? On fait des ponts d'or à ceux qui quittent la société pour un job mieux payé ailleurs. Pire, on fait des cadeaux aux gens qui démissionnent mais pas question de faire un pot ou une cagnotte pour ceux qui sont licenciés.

Ne pas attendre de retour sur investissement 

Certes, cela fait partie des relations sociales de se montrer heureux quand de bonnes choses arrivent aux gens qui nous entourent. Mais pourquoi payer? La solution de Lucy Kellaway, journaliste au Financial Times et auteure du livre "Toutes les réponses aux questions que vous n'osez jamais aborder au bureau" (Editions Les Experts): "Le mieux est de considérer ces collectes comme une taxe. Donc, signez la carte, mettez de l’argent dans l’enveloppe et dites-vous que vous êtes un bon citoyen de l’entreprise."

Il faut compter 5 euros pour les gens inconnus, 10 euros pour un vrai collègue, 15 euros pour un départ en retraite. Sauf si vous êtes le manager direct, dans ce cas faites un effort!

Il faut considérer ce versement comme un impôt, pas un investissement. Il ne faut donc pas attendre un retour: à raison de 5 pots de départ par an (ce qui est peu), avec un versement de 10 euros à chaque fois, en 10 ans passés dans l'entreprise, vous aurez ainsi été taxé de 500 euros. Il est peu probable que vous récupériez cette somme quand, à votre tour, vous quitterez l'entreprise, même si avant votre démission vous avez eu la bonne idée de donner naissance à un bébé. Alors en sortant votre billet de votre portefeuille, dites-vous déjà qu'il rentre dans la colonne des pertes dans vos comptes.

Laure Closier édité par C.C.