BFM Business

8 gestes à éviter à tout prix dans un entretien d'embauche

Le recruteur ne se contente pas d'éplucher votre CV et d'écouter votre argumentation... il prend aussi note de votre langage corporel.

Le recruteur ne se contente pas d'éplucher votre CV et d'écouter votre argumentation... il prend aussi note de votre langage corporel. - Startupstockphotos - CC

Réfléchir à ce que l'on dit lors d'un entretien d'embauche ne suffit pas, il faut aussi veiller à sa posture. Certaines attitudes peuvent en effet trahir des traits de caractères qui peuvent effrayer un recruteur.

Avant de se rendre à un entretien d'embauche, on réfléchit à sa tenue, au discours que l'on va tenir pour mettre en avant son parcours et ses compétences, mais aussi aux questions que l'on va poser. Mais on ne songe pas forcément au comportement que l'on va adopter.

Certes, il y a bien des règles de savoir-vivre à observer, comme par exemple attendre que le recruteur vous tende la main ou encore s'asseoir uniquement après qu'on y ait été invité. Passé ce premier contact, il faut savoir se présenter sous son meilleur jour et ouvert au dialogue. Tout cela va passer par le langage non verbal: il faut se montrer souriant (attention à rester naturel toutefois), parler de façon claire et en regardant droit dans les yeux son interlocuteur plutôt que de fuir son regard.

Tout au long du rendez-vous il faut veiller à avoir une attitude qui montre que l'on a confiance en soi et que l'on est prêt à relever tous les défis. Au-delà du discours, votre posture va en effet influencer le choix du recruteur. La psychologue américaine Amy Cuddy, spécialisée dans le langage corporel, a démontré que les personnes qui avaient une attitude recroquevillée et prostrée sur leur siège étaient écartées des postes. La préférence des recruteurs allait à ceux qui adoptaient une attitude de gagnant, c'est-à-dire bien plus ouverte aux autres, relate le Handelsblatt.

Attentions à vos mains

Mais les gestes aussi comptent, car ils peuvent envoyer un message négatif à votre interlocuteur. Ainsi, en se mettant un doigt sur le nez, vous montrez que vous êtes concentré sur le discours de votre interlocuteur mais aussi que vous êtes préoccupé. Si vous joignez vos mains sur la table, cela trahit un sentiment de supériorité, se frotter les mains n'est pas non plus souhaitable car cela montre de la complaisance ou peut même vous faire paraître antipathique.

Il faut aussi éviter de tapoter des doigts sur la table, signe de nervosité et d'impatience, voire de provocation. Ce qui risque de pousser le recruteur à mettre fin au plus vite à l'entretien. Jouer avec vos doigts n'est pas mieux, puisque cela montre une fois encore votre nervosité… ou que vous n'êtes pas concentré et que la conversation ne vous intéresse pas. Un motif de plus pour clore l'entretien rapidement.

Evitez de vous gratter

Il faut aussi éviter de se gratter la tête, signe d'une grande perplexité. Votre interlocuteur risque alors de croire que vous ne comprenez rien aux missions qui reviennent au poste. Il risque alors de dire :"Au suivant ! ".

En croisant les bras, vous ne paraîtrez pas plus à votre avantage, car si vous êtes une femme, c'est le marqueur d'une anxiété et d'un état d'incertitude, et si vous êtes un homme, c'est la preuve que vous rejetez ce que vous dit votre interlocuteur. Ne vous grattez pas non plus le menton, car vous donnerez le sentiment d'être très satisfaits de vous-même.

Quelle attitude adopter lors de l'entretien? Commencez en premier lieu par vous installer au fond de votre siège, sans toutefois vous appuyez sur le dossier, ce qui pourrez-vous donner une attitude passive ou bien en retrait. Il faut aussi se tenir droit, et surtout pas prostré sur le bureau. Gardez vos bras ouverts et n'hésitez pas à accompagner vos discours de gestes, sans que cela ne tourne à la gesticulation. Mais tout en restant naturel !

C.C.