BFM Business

Rebsamen: "avec 0%, de croissance, on ne crée pas d'emploi "

François Rebsamen était l'invité de BFMTV-RMC ce jeudi 15 mai.

François Rebsamen était l'invité de BFMTV-RMC ce jeudi 15 mai. - -

Le ministre du Travail était l'invité de BFMTV-RMC ce jeudi 15 mai. Il est revenu sur la croissance nulle au premier trimestre, le dossier Alstom, et a évoqué l'idée d'un smic intermédiaire.

La croissance a donc été nulle, a annoncé l'Insee, ce jeudi 15 mai. Invité, ce même jeudi, sur BFMTV-RMC, le ministre du Travail, François Rebsamen est revenu sur ce chiffre.

Il a reconnu qu' "avec 0% de croissance, on ne crée pas d'emploi", rappelant toutefois que la prévision pour ce premier trimestre était à l'origine de 0,1%.

Il est également revenu le dossier Alstom, alors que le gouvernement a élargi le périmètre d'un décret qui permet de protéger les entreprises de plusieurs secteurs qualifiés de "stratégiques". Ce texte inclut désormais l'énergie.

> La croissance nulle

Malgré le chiffre de 0% au premier trimestre, François Rebsamen a assuré que les "prévisions de croissance qui concernent notre pays seront confirmées par les instituts et seront ensuite tenues".

Il a constaté que ce faible chiffre de la croissance s'explique par la baisse de l'investissement et de la consommation. Sur ce dernier point, il a estimé que "les élections municipales ne sont jamais un bon moment pour la consommation".

> Le dossier Alstom

François Rebsamen est revenu sur l'élargissement du décret protégeant les entreprises "stratégiques". Ce texte inclut désormais l'énergie, secteur au premier plan dans le dossier Alstom.

Il a, comme Arnaud Montebourg, invoqué l'impératif de "patriotisme économique". "C'est ce que font les Etats-Unis, il s'agit de protéger les intérêts stratégiques". Il a estimé que ce genre de décision "commence à faire école", citant notamment l'agacement de David Cameron, le Premier ministre britannique, dans le dossier Pfizer-AstraZeneca.

Si François Rebsamen a estimé que ce décret donne "un droit de regard", pas "un veto à l'Etat", il a dans la foulée reconnu que l'Etat "pourrait s'opposer" à une opération de rachat si celle-ci lui déplaît.

> Le smic intermédiaire

Interrogé sur le principe d'un "smic intermédiaire" pour les jeunes défendu par Pierre Gattaz, le président du Medef, François Rebsamen a répondu que "s'il s'agit d'activer des dépenses passives d'assurance-chômage, pourquoi pas, c'est à étudier".

"Mais à condition que le salaire soit au niveau du smic", a-t-il prévenu. Il a par ailleurs affirmé "faire confiance aux entreprises".

> Modération salariale

A la question "faut-il modérer les salaires?", François Rebsamen a répondu "dans certains cas, oui". Interrogé sur le crédit impôt compétitivité pour l'emploi (CICE) et l'idée comme quoi ce dispositif pourrait également servir à financer des hausses de salaires, il a considéré que "toute la palette (des solutions, ndlr), est possible".

J.M.