BFM Business

Pourquoi les cadres ont bien moins profité du passage aux 35 heures que les autres salariés

Sous l'effet de la baisse de la durée légale du travail et du développement du temps partiel, le temps de travail annuel a globalement baissé de 17% en France depuis le milieu des années 1970. Mais les cadres en ont moins profité que l'ensemble des salariés à temps plein, notamment en raison de l'instauration du forfait jours en 2000.

Les cadres ont peu profité de la baisse globale du temps de travail. En tout cas, bien moins que les autres salariés. Dans sa dernière étude sur le portrait social de la France, l’Insee se penche sur l’évolution du temps de travail au cours des quarante dernières années et dresse le constat suivant: depuis 1975 et jusqu’au milieu des années 2000, la durée annuelle effective du travail a diminué de 350 heures (-17%) en moyenne en France. Avant de se stabiliser.

Pour expliquer ce phénomène, l’Insee met en avant les dispositifs législatifs avec le passage aux 39 heures en 1982 puis aux 35 heures en 2000. L’institut pointe également les transformations de la nature des emplois (généralisation du salariat, montée du travail à temps partiel) ou encore l’aspiration à un épanouissement personnel hors du travail qui a accru l’importance prise par les loisirs dans la vie quotidienne.

Pour autant, tous les Français n’ont pas vu leur temps de travail baisser dans les mêmes proportions. Les cadres, qui travaillent en moyenne 1850 heures par an, ont vu leur durée annuelle de travail se réduire de 75 heures depuis le milieu des années 1970. À l’inverse, les salariés à temps complet ont largement profité du passage aux 39 puis aux 35 heures. Ils travaillent aujourd’hui 1650 heures en moyenne, soit 250 heures de moins.

Introduction du forfait jours

En 2018, un quart des cadres (24%) disait travailler plus de 45 heures sur une semaine de mars (prise comme référence par l’Insee), 40% dépassaient les 40 heures de travail hebdomadaires et seuls 9% d’entre eux travaillent effectivement 35 heures. De leur côté, 11% des salariés à temps complet qui peuvent bénéficier de RTT ou faire des heures supplémentaires ont travaillé plus de 45 heures au cours d’une semaine de mars. Avant le passage aux 35 heures, ils étaient 43% à travailler 39 heures. Aujourd’hui 28% d’entre eux travaillent effectivement 35 heures.

Si les cadres ont moins bénéficié de la baisse de la durée légale de travail, c’est en grande partie dû à la mise en place du système dit du "forfait jours" introduit en 2000. Comme son nom l’indique, il implique l’obligation de travailler un certain nombre de jours par an et non un nombre d’heures hebdomadaires. Il "est prévu pour les salariés disposant d’une autonomie dans l’organisation de leur emploi du temps", note l’Insee.

Ce dispositif est utilisé essentiellement par les cadres. Il concerne 40% d’entre eux, contre seulement 5% des non-cadres. Les cadres au forfait jours travaillaient ainsi 1950 heures par an en moyenne en 2018, contre 1760 heures pour les cadres à temps complet qui ne dépendent pas de ce système.

Paul Louis