BFM Business

Plus de 200.000 manifestants contre la loi El Khomri

-

- - Anne-Christine Poujoulat - AFP

"Ce mercredi 9 mars constitue la première journée de mobilisation contre le projet de loi portant la réforme du code du travail de Myriam El Khomri. Les organisations étudiantes, lycéennes ainsi que plusieurs syndicats ont ainsi appelé à manifester. Des grèves ont par ailleurs lieu à la RATP et la SNCF pour des raisons différentes."

Premier test d'ampleur pour la mobilisation contre le projet de loi El Khomri, ce mercredi 9 mars. Étudiants, lycéens et salariés sont ainsi appelés à manifester contre ce texte. L'appel a notamment été lancé par les syndicats étudiants (UNEF) et lycéens (UNL) ainsi que plusieurs syndicats salariés (CGT, FO). Les sections jeunes des partis politiques de gauche sont également de la partie. En revanche, ce n'est pas le cas des syndicats dits "réformistes" (CFE-CGC, CFDT).

En parallèle, les principaux syndicats de la RATP et de la SNCF ont appelé à la grève pour revendiquer des hausses de salaires et des meilleures conditions de travail.

Ce live est maintenant terminé, retrouvez le déroulé de cette journée de grève minute par minute ici.

19h20 - La moitié des Français favorables aux manifestations

50% des Français soutiennent ou ont de la sympathie pour la mobilisation contre le projet de loi El Khomri et 62% pensent que François Hollande soutient Manuel Valls dans sa volonté de réforme, selon un sondage Elabe publié mercredi.

18h44 - Officiellement, 224.000 manifestants mercredi en France

Le ministère de l'Intérieur a comptabilisé plus de 220.000 manifestants à travers la France ce mercredi, à l'occasion de la mobilisation sociale de protestation face au projet de loi El Khomri.

18h00 - 5.200 ou 60.000 manifestants à Marseille ?

La préfecture de Police a publié son comptage des manifestants. Comme d'habitude, ils diffèrent de ceux des syndicats, mais c'est peut-être à Marseille que l'écart est le plus important: ils auraient été 5.200 selon la Police, et plus de dix fois plus, 60.000 selon les syndicats, rapporte Marsactu.

17h48 - 100.000 manifestants à Paris, selon la CGT

Quelques 100.000 personnes auraient manifesté contre le projet de loi El Khomri dans la capitale, selon les chiffres de la CGT. La Police, elle, évoque entre 27 et 29.000 manifestants à Paris. Dans la France entière, ils auraient été près d'un demi-million selon FO et l'Unef.

16h57 - Une nouvelle journée d'action le 17 mars ?

L'Unef, le syndicat étudiant, appelle à une nouvelle journée d'action dans les universités la semaine prochaine, jeudi 17 mars, après une première mobilisation mercredi qualifiée de "succès". "C'est une très bonne journée de mobilisation, sachant qu'on n'a eu que deux jours pour la préparer", s'est félicité le président de l'Unef, William Martinet, affirmant que des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté mercredi partout en France. 

16h54 - La manifestation dégénère à Lyon

Selon le quotidien régional Le Progrès, ça commence à chauffer à Lyon. "Des affrontements sont en cours place Antonin-Poncet. Les forces de l'ordre ont bouclé la place Bellecour. Des poubelles sont arrachées. Les policiers chargent. Ils reçoivent des projectiles. Une odeur de gaz lacrymogène s'est emparée de la place. Un hélicoptère la survole", raconte le journal. 

16h48 - La place de la République est noire de monde

Les étudiants, lycéens et membres de syndicats, ce mercredi, se retrouvent dans la rue partout en France pour manifester contre le projet de loi El Khomri sur la réforme du code du travail. A Paris, ils sont plusieurs milliers de manifestants à occuper la place de la République, qui était noire de monde à 15 heures. D'autres journées de protestation sont prévues les 12 et 31 mars prochains.

16h23 - Besancenot : "Le gouvernement a raison d'avoir peur"

"Il y a quand même un front syndical assez large", estime l'ancien porte-parole du nouveau parti anticapitaliste Olivier Besancenot, lui même en grève ce mercredi. L'union entre syndicats et mouvements de jeunesse lui rappelle qu'au moment de la lutte contre le CPE "cela avait été la clé des mobilisations victorieuses". Donc selon lui "le gouvernement a raison d'avoir peur". "J'espère que ça ne sera qu'un début", avance-t-il, assurant que tout le monde a bien compris ce que contient le projet de loi, qu'il qualifie de "machine à remonter le temps".

15h37 - Philippe Martinez: "Le retrait c'est une exigence"

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, s'est exprimé, mercredi sur BFMTV, alors qu'il était en train de défiler contre le projet de réforme du code du Travail à Paris. "Partout en France, c'est une première grosse mobilisation. On démarre fort. Il faut continuer à élargir. Il faut que le gouvernement entende le message qui est porté par les jeunes, les salariés et les privés d'emploi. Le retrait, c'est une exigence. Après on pourra discuter", a-t-il déclaré.

15h10 - FO évoque un mouvement "plus fort que le CPE"

Jean-Claude Mailly en train de défiler vers 15 heures, est satisfait. "Pour une première journée sur Paris ou dans les villes de province, c'est une journée réussie. Il semble même que c'est plus fort que le début du CPE. Je pense que le gouvernement devrait commencer à réfléchir". 

-
- © Matthieu Alexandre - AFP

15h08 - Filoche: la loi Travail est "une trahison", Valls "une erreur de casting"

Opposé au projet de loi de réforme du code du travail, Gérard Filoche s’en est pris violemment au gouvernement ce mercredi, en marge d’une mobilisation place de la République à Paris. "C’est une vraie trahison", a-t-il déclaré au micro de BFMTV. Pourtant membre du bureau national du PS, Gérard Filoche a vilipendé le Premier ministre. "Il a un ton prétentieux, il donne des leçons à la France entière (…) C’est une erreur de casting", a-t-il déclaré, tout en réclamant son départ.

14h20 - Plusieurs milliers de personnes défilent en régions

Dans les principales villes de France, grandes ou moins grandes, des milliers de personnes ont répondu à l'appel des syndicats pour battre le pavé. C'est le cas à Lyon, Marseille, Bordeaux, Lille, Rennes, mais aussi Rouen, Brest, Charleville, Nîmes, Poitiers, Castres, etc. L'ancienne ministre Cécile Duflot s'est joint au cortège lyonnais. La préfecture recense justement 7.000 manifestants à Lyon. 

13h49 - La place de la République se remplit à Paris

Les manifestants parisiens sont de plus en plus nombreux à venir se masser sur la place de la République.

12h46 - Pancartes et banderoles évidemment de sortie

Une manifestation ne serait pas une manifestation sans tout le folklore qui va avec. 

12h20 - Une centaine de lycées bloqués

Une centaine de lycées en France, dont une quarantaine en Île-de-France, ont fait l'objet d'un blocage, total ou filtrant, mercredi matin lors de la première journée d'action contre la réforme du code du travail, selon l'UNL, un des principaux syndicats de lycéens.

12h16 - Le gouvernement est "disponible au dialogue"

Lors de son point presse, le ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a insisté sur l'importance du dialogue. "Nous sommes disponibles au dialogue", a-t-il affirmé ajoutant: "Nous sommes dans la phase de l'écoute et du dialogue et nous y resterons jusqu'à lundi". 

Il a refusé de voir dans la mobilisation de ce mercredi "une jauge" pour évaluer le mécontentement populaire face au projet de loi El Khomri. Pour lui, le fait que des jeunes se mobilisent est "tout à fait légitime".

12h10 - 35,5% des cheminots en grève à la SNCF

En début de matinée, 35,5% des cheminots ont répondu à l'appel des principaux syndicats de la SNCF, selon la direction de l'entreprise. "La journée est vraiment compliquée", a indiqué à l'AFP un porte-parole, selon lequel le trafic était toutefois "conforme" aux prévisions d'un tiers de trains en Île-de-France, sur les lignes régionales et la plupart des lignes TGV nationales. 

Les conducteurs et contrôleurs sont plus nombreux à faire grève puisque plus de 60% d'entre eux ont débrayé contre 10% des cadres, selon le syndicat Unsa.

12h00 - La manifestation place de la Nation a débuté

Les manifestations ont commencé à Paris place de la Nation, comme le fait remarquer l'AFP sur Twitter

11h40 - Les manifestions ont aussi lieu en province

Il n'y a évidemment pas qu'à Paris que salariés et étudiants se mobilisent. C'est le cas par exemple à Toulouse où une manifestation vient de commencer. Ou encore à Bayonne.

10h45 - VIDEO - Hollande face au péril jeune

Le candidat à la présidentielle de 2012 mettait "la jeunesse" au coeur de ses priorités. Aujourd'hui, ces mêmes jeunes manifestent pour montrer leur colère contre la politique du président de la République. Or un mouvement de jeune de grande ampleur est la hantise de l'exécutif comme le démontre ce sujet de BFMTV.

10h13 - Les patrons de PME sont convaincus que la loi El Khomri leur permettra d'embaucher

Alors que les manifestations vont commencer dans quelques heures, RMC a interrogé plusieurs patrons de PME. Ils sont globalement favorables au texte qui, ils en sont convaincus, va leur permettre d'embaucher davantage. "Je suis entièrement d'accord qu'il ne faut pas laisser travailler les gens comme des esclaves mais on a vraiment la nécessité de retrouver beaucoup plus de liberté de mouvement", estime par exemple Bernard Frécon à la tête d'une société de conseil en assurance de 14 salariés.

>> Lire l'article complet

9h22 - Le trafic dans le métro "normal", 1 train sur 2 sur le RER B

Au dernier point trafic de la RATP à 9h14, le métro continuait de circuler normalement. Sur le RER B, 50% du trafic est assuré entre Gare du Nord et Saint Rémy Lès-Chevreuse/Robinson, 25% entre Gare du Nord et Aéroport Charles de Gaulle / Mitry-Claye. Le trafic est quasi-normal sur le RER A.

8h54 - Laurent Berger a trouvé Valls "à l'écoute"

Le secrétaire général de la CFDT a rencontré Manuel Valls lundi, dans le cadre de la concertation pour amender le projet de loi. Sur BFMTV-RMC, il a indiqué avoir trouvé le Premier ministre "à l'écoute" et eu le sentiment que le gouvernement "voulait bouger".

8h39 - "Si la CFDT n'obtient pas satisfaction, nous nous mobiliserons" (Laurent Berger, CFDT)

Invité de BFMTV, le leader de la CFDT, a affirmé qu'il "ne demande pas le retrait de ce texte" mais "de profondes modifications" . Pourquoi? Car selon lui, il y a également des bonnes choses dans ce texte, citant le compte personnel d'activité ou encore le renforcement de la négociation collective.

Mais il prévient le gouvernement que si son syndicat n'obtient pas gain de cause, il descendra dans la rue."Si la CFDT n'obtient pas satisfaction, nous nous mobiliserons".

8h26 - 310 km de bouchons en Île-de-France

À 8h15, le CRIR (centre régional d'information et de coordination routier) recensait 310 km de bouchons contre 200 habituellement.

8h15 - Au moins 9 lycées bloquées

Au moins 9 lycées parisiens sont déjà bloqués. C'est ce qu'affirme l'UNL, le principal syndicat lycéen, à BFMTV.

8h02 - 255 km de bouchons en Île-de-France

À 7h55 le CRIR (centre régional d'information et de coordination routier) a recensé 255 km de bouchons en Île-de-France, contre 160 km d'habitude.

7h58 - "Il y a un immense malaise dans la jeunesse française" (Bernard Spitz)

"Il y a un immense malaise dans la jeunesse française qui est légitime. Ils ont des raisons d'être furieux", explique l'essayiste Bernard Spitz auteur d'On achève bien les jeunes sur BFM Business.

"En France on a surprotégé ceux qui ont un CDI" au détriment des jeunes, estime-t-il, ajoutant que le projet de loi, contre lequel manifestent pourtant les jeunes, "va dans le bon sens" pour les aider à accéder au marché du travail. Il considère que les jeunes ne manifestent pas tant contre le texte de loi que pour "montrer leur insatisfaction".

7h51 - Le président de l'Unef trouve Hollande "un peu fébrile"

William Martinet, le président du syndicat étudiant UNEF était l'invité de RMC. Il a trouvé le président de la République "un peu fébrile". "L'inacceptable c'est qu'on nous explique qu'on continuera à être précaire même avec un diplôme", a-t-il par ailleurs déclaré

7h33 - Deux fois plus de bouchons qu'à l'accoutumée en Île-de-France

200 km de bouchons ont été recensés à 7h25 sur les routes franciliennes par le CRIR (centre régional d'information et de coordination routier), soit deux fois plus que d'habitude. Face à la grève dans les transports parisiens, les Franciliens ont apparemment décidé de prendre leurs véhicules.

7h18 - Les sections syndicales de certaines entreprises en soutien

Plusieurs syndicats propres aux entreprises ont appelé à participer à la manifestation. C'est le cas de la CGT-Air France ou encore de la CGT Capgemini, la SSII

6h52 - Toutes les régions concernées

Selon l'UNEF, une centaine de rassemblements devraient avoir lieu en Province. L'Outre-Mer est tout autant concernée, preuve en est avec ce tweet de la branche réunionnaise du syndicat étudiant appelant à un rassemblement devant la préfecture.

6h29 - "On est dans un chantage au licenciement" - Benjamin Lucas (MJS)

Sur France Inter, Benjamin Lucas, le président du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS), regrette la logique du projet de loi El Khomri. "L'esprit dans lequel ce texte est fait va à l'encontre de ce que nous disons, nous socialistes, depuis cinq ans".

"Aujourd'hui on est dans un chantage à la fermeture au licenciement. Je refuse une logique dans laquelle les salariés ont toujours la peur au ventre", affirme-t-il.

6h13 - Le point sur le trafic

Les transports vont être impactés par les débrayages à la RATP et la SNCF. Si le métro devrait circuler normalement, d'importantes perturbations sont annoncées sur les trains et les RER.

>> Le point complet ici. 

6h02 - Qui manifeste? Pourquoi?

Difficile de s'y retrouver au milieu de manifestation et des grèves, de savoir qui se mobilise pour quelle cause.

Pour vous aider à y voir un peu plus clair, nous faisons le point dans cet article

Mardi - Hollande veut éviter les "ruptures"

À l'issue du 33ème sommet France-Italie à Venise, le président de la République s'est exprimé au sujet du projet de loi sur la réforme du code du travail. À la veille de la journée de mobilisation, François Hollande a tenté de rassurer:

"Je pense que nous pouvons éviter les ruptures. Parce que, ce qu'il y a de plus grave, c'est lorsque ce qui a fondé le pacte social se délite et qu'aucun autre ne vient le remplacer. Voilà pourquoi je pense qu'il faut laisser le temps de la concertation, le temps de la discussion, et que le temps de la décision viendra",

L'ESSENTIEL

  • Les syndicats étudiants, lycéens, salariés (FO, CGT) ainsi que les associations de jeunesse ont appelé à manifester ce mercredi 9 mars contre le projet de loi El Khomri  
  • Tous appellent au retrait du projet de loi qu'ils qualifient de "régression sociale".
  • La CFDT et la CFE-CGC ne s'associent pas au mouvement
  • D'autres journées de mobilisation sont prévues les 12 et 31 mars.
  • Des grèves ont lieu à la SNCF et la RATP mais elles n'ont aucun lien: il s'agit pour les grèvistes de réclamer des hausses de salaires et de meilleures conditions de travail
J.M.