BFM Business

Parisot:" il ne faut pas changer une ligne à l'accord sur l'emploi sans l'accord des signataires"

Laurence Parisot, la présidente sortante du Medef

Laurence Parisot, la présidente sortante du Medef - -

Invitée, ce mardi 26 mars, de Good Morning Business, la présidente du Medef a rappelé le rôle joué par son organisation dans l'accord sur la sécurisation de l'emploi examiné à l'Assemblée. Elle a mis une nouvelle fois en garde les parlementaires contre des modifications de l'accord.

"On ne change pas une ligne (..) Les parlementaires doivent faire confiance aux partenaires sociaux". C'est ainsi que Laurent Parisot a mis une nouvelle fois en garde les députés qui vont examiner en commission des affaires sociales, ce mardi 26 mars, le projet de transposition de l'accord sur la sécurisation de l'emploi signé par certains partenaires sociaux dont le Medef et la CFDT, le 11 janvier dernier.

Invitée de Good Morning Business sur BFM Business ce mardi, la présidente sortante du Medef a défendu l'accord en prenant plusieurs exemples. "Grâce à cet accord, les PME et les ETI vont pouvoir mettre en oeuvre ce que les grandes entreprises comme Renault ou Michelin peuvent déjà faire avec les accords de compétitivité".

Selon elle, cet accord est une vraie "boîte à outils" pour les entreprises. Ainsi, a-t-elle rappelé, seuls les critères sociaux comme l'âge ou les charges de familles sont actuellement pris en compte dans les plans sociaux pour le départ de salariés. " Désormais, les critères de compétence professionnelle devront être regardés au même niveau que les autres critères".

Autre avancée selon la présidente du Medef :"nous avons réduit de 5 à 2 ans le délais de prescription en matière de contentieux salarial", ce qui constituera une sécurité juridique pour les entreprises. Tout comme le fait de favoriser la conciliation dans ces conflits plutôt que "la logique de contentieux".

Défense de son bilan

La présidente du Medef qui souhaite être candidate à un nouveau mandat en mai prochain a aussi valorisé son bilan.

" C'est parce que le Medef a initié cette approche par le compromis social, a posé le cadre des bons accords d'entreprises que les grandes entreprises ont pu commencer à annoncer des accords de compétitivité", a-t-elle estimé. "Tout cet esprit de négociation autour de la flexibilité, ce sont les équipes du Medef".

P.C.