BFM Eco

Les salariés en chômage partiel ont perdu en moyenne 410 euros pendant le confinement

La fermeture des boutiques a entrainé la mise en chômage partiel des employés.

La fermeture des boutiques a entrainé la mise en chômage partiel des employés. - Joel Saget - AFP

Du fait de la compensation partielle de leur rémunération, 3,2 millions de salariés devraient être impactés par la chute de l'activité liée au confinement, affirme une étude de l'Observatoire français des conjonctures économiques.

Le dispositif de chômage partiel, mis en place pour limiter la montée du chômage en raison du confinement, va peser lourdement sur les finances de l'Etat. Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a estimé sont coût à près de 24 milliards d'euros.

Mais il a aussi un coût pour les travailleurs. 3,2 millions de salariés devraient être impactés par la chute de l'activité, a évalué dans une étude de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). En effet, le chômage partiel permet aux salariés du privé de toucher 84% du salaire net (et 100% pour ceux rémunérés au Smic), dans la limite de 4,5 Smic.

Cette compensation partielle représente une perte de revenu qui s'élève à 2,7 milliards au total soit 410 euros en moyenne par salarié pour huit semaines de confinement.

Les heures chômées prises en compte pour le calcul de l’indemnisation correspondent à la différence entre le nombre d'heures réellement travaillées et la durée légale du travail. Et de ce fait ne prennent pas en compte les heures supplémentaires, les primes d'objectif ou encore les pourboires qui permettent habituellement aux salariés d'augmenter leurs revenus.

Les salariés pouvant télétravaillés sont épargnés par la baisse de revenus

-
- © -

Il ressort aussi de l'étude que ce sont les salariés les moins bien rémunérés qui sont frappés par le chômage partiel, et donc les plus exposés à une perte de revenus. En effet, les cadres ont pu bien souvent poursuivre leur activité en télétravail. Ainsi, les télétravailleurs potentiels sont en moyenne rémunéré 1100 euros par mois de plus que les actifs ne le pouvant pas, soit près de 70% de plus.

Ceux qui ont été mis en chômage partiel le sont souvent du fait d'une fermeture administrative liée au confinement (commerces non alimentaire, restaurants, salles de spectacle...). Or ces secteurs proposent traditionnellement des salaires parmi les plus bas. Ainsi, cette catégorie d'employés est en moyenne rémunérée 680 euros de moins que les salariés non impactés par les fermetures.

Par ailleurs, les actifs ayant dû s’arrêter pour garder leurs enfants appartenant par définition aux actifs ne pouvant pas télétravailler, ils accusent un niveau de rémunération inférieur aux autres de 500 euros.

Coralie Cathelinais