BFM Business

Les candidatures spontanées ont la cote en France

Pour 27% des Français, envoyer directement son CV aux sociétés est le meilleur moyen de décrocher un job.

Pour 27% des Français, envoyer directement son CV aux sociétés est le meilleur moyen de décrocher un job. - Bfmbusiness

Chaque année, un travailleur sur cinq change d'emploi dans le monde. Mais les méthodes les plus prisées varient selon les nationalités, révèle une étude du cabinet BCG.

En 2016, je change de job. Si cela fait partie de vos bonnes résolutions pour l'année à venir, sachez que vous ferez comme un travailleur sur cinq dans le monde. Mais comment procéder? À en croire une étude réalisée par le cabinet de conseil Boston Consulting Group au niveau mondial (1), les sites d'annonces en ligne sont les plus prisés: 55% des personnes ayant récemment changé d'emploi ont utilisé ce canal. Et 33% jugent que c'est la manière la plus efficace.

Les petites annonces dans la presse ont encore de nombreux adeptes, puisque 36% des sondés les ont scrutées pour trouver leur nouveau job. À peine moins populaire, le bouche-à-oreille avec les amis et la famille (33%). Puis, les salariés comptent sur les services publics d'emplois (20%), les chasseurs de têtes (17%) et les agences d'intérim (17%).

Se montrer actif dans un marché atone

Cette étude met en avant une spécificité hexagonale. C'est en France que l'on mise le plus sur les candidatures spontanées. Selon le BCG, 27% des candidats français estiment qu'il n'y a pas mieux que de tenter sa chance en envoyant directement son CV alors que la moyenne mondiale s'établit à 12%.

Même aux États-Unis, où le marché de l'emploi est très fluide, les candidats ne sont que 20% à déclarer qu'une candidature spontanée a été déterminante pour trouver leur job.

Le cabinet avance deux explications à cet engouement français: le marché de l'emploi étant atone, les salariés qui veulent faire avancer leur carrière doivent se prendre en main et se montrer actifs vis-à-vis des potentiels recruteurs. Plus surprenant, c'est également la centralisation de l'économie autour de Paris, et des grandes villes, qui serait en cause. Il est ainsi facile pour un candidat d'identifier les entreprises qu'il souhaite rejoindre en fonction de certains critères, en premier lieu la proximité.

(1) L'étude a été menée auprès de 13.000 salariés issus de 13 pays (Australie, Brésil, Canada, Allemagne...). En France, l'échantillon était de 820 salariés. 

L.C avec C.C.