BFM Business

Le Smic à 9,43 euros bruts par heure au 1er janvier 2013

Le Smic ne va progresser que de 3 centimes

Le Smic ne va progresser que de 3 centimes - -

Le ministère du Travail et la Commission nationale de la négociation collective (CNNC), ont confirmé, ce lundi 17 décembre, une augmentation de seulement 0,3% du salaire minimum. Michel Sapin avait déjà annoncé dimanche qu’il n’y aurait pas de "coup de pouce" substantiel.

C’est désormais officiel. Ce lundi 17 décembre, la Commission nationale de la négociation collective (CNNC) et le ministère du Travail, ont confirmé une hausse du Smic limitée à la simple augmentation légale.

Le salaire minimum ne progressera ainsi de 0,3% au 1er janvier prochain, soit 1430,22 euros bruts mensuels pour 35 heures de travail.

Avant la réunion de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC), ce lundi 17 décembre, le ministre du Travail, Michel Sapin, avait annoncé hier que la hausse du Smic au 1er janvier ne comporterait pas de coup de pouce et se limiterait à la revalorisation automatique.

"Il y a des règles qui s'appliquent de manière automatique, il sera revalorisé en fonction des critères", avait affirmé Michel Sapin lors du Grand rendez-vous Europe 1/iTélé/Le Parisien, rappelant qu'un "coup de pouce a déjà été accordé au mois de juillet" aux quelques 2,6 millions de salariés rémunérés au Smic (+2%, dont 1,4% au titre de l'inflation, et 0,6% de bonus).

Pas d'indexation sur la croissance

Le ministre du Travail Michel Sapin a, par ailleurs, annoncé une révision des critères d'indexation du Smic afin de notamment "mieux prendre en compte le poids des dépenses contraintes (loyer, énergie)", qui pèsent sur les ménages.

A ce sujet, il avait déclaré dimanche que la réforme du mode de calcul du salaire minimum ne comporterait pas d’indexation sur la croissance, contrairement à ce que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait annoncé en juillet, reprenant une idée de François Hollande.

"Aujourd'hui, ça n'aurait pas beaucoup de sens de vouloir indexer sur la croissance. Par contre, le jour venu, avec une croissance plus forte, il sera évidemment nécessaire que l'augmentation du Smic permette aux smicards aussi de participer aux fruits de la croissance".

En France, le Smic est l'un des plus élevés d'Europe

Samedi, le groupe d'experts sur le Smic avait remis son ultime rapport qui prône une profonde remise en question des règles qui régissent le salaire minimum depuis 1970.

Longtemps réclamé par le patronat, inscrit dans la loi en 2008 sous le gouvernement Fillon, ce groupe d'experts, dont le mandat de quatre ans arrive à échéance, est chargé d'"éclairer" l'exécutif avant chaque revalorisation annuelle.

Il s'est prononcé une nouvelle fois "pour une gestion prudente", excluant tout coup de pouce au-delà de la revalorisation mécanique, obligatoire pour suivre l'évolution des prix et du salaire de base ouvrier.

Avant de céder la place, les experts encouragaient vivement le gouvernement, qui s'apprête à réformer le mode d'indexation du Smic, à envisager à court terme une réforme qui permettrait une hausse annuelle plus modérée.

"A plus long terme", ils prônent d'abolir "l'homogénéité géographique" et "l'homogénéité du Smic selon l'âge", mais aussi de remettre en question "le principe même d'une revalorisation automatique".

Pour les économistes, le niveau "élevé" du Smic et son "uniformité contribuent aux difficultés que rencontrent de nombreux travailleurs à entrer sur le marché du travail".

Fin 2011, près de 2,6 millions de Français touchaient le salaire minimum, soient 1 425,67 euros bruts mensuels pour 35 heures, l'un des niveaux "les plus élevés des pays de l'ODCE", selon les experts.

Diane Lacaze et AFP