BFM Business

Laurent Berger (CFDT): "pas de mano à mano sur la baisse des charges"

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, est sceptique sur une nouvelle baisse des charges

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, est sceptique sur une nouvelle baisse des charges - -

Le secrétaire général de la CFDT a réclamé une évaluation des allégements de charges des entreprises avant de décider de nouvelles baisses évoquées par François Hollande.

Avant toutes nouvelles baisses de charges des entreprises, comme celles évoquées par François Hollande à l'occasion de ses voeux, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, réclame une évaluation des allégements qui leur profitent déjà. C'est ce qu'il a affirmé ce 9 janvier sur RTL. "Il y a déjà 12 milliards d'allégements de charges pour les entreprises, regardons si elles sont efficaces", a-t-il lancé.

Plus globalement sur la question du pacte de responsabilité, il a affirmé: " il ne peut se faire sans des contreparties réelles pour les salariés". Il craint d'ailleurs que le gouvernement et le patronat discutent entre eux des conditions de ce pacte: "pas de mano à mano entre les deux", a-t-il prévenu. Il ne veut pas donner de chèque en blanc à l'exécutif sur ce dossier.

Hausse de la CSG sous condition

Concernant le financement d'éventuelles baisses de charges, il a confirmé son accord pour jouer sur les cotisations patronales familles, et a réaffirmé que la CFDT était d'accord pour augmenter la CSG. "Mais à condition que l'on ne touche pas au pouvoir d'achat des salariés". Ce qui complique grandement l'opération !

Enfin, sur le dossier Goodyear, il a dénoncé le recours à la violence et aux séquestrations. "Le rôle des responsables syndicaux, c'est d'apporter des solutions", a-t-il affirmé, en visant sans le dire la CGT.

P.C