BFM Business

La droite et le Medef s'attaquent au compte pénibilité et Hollande est ravi

Le Medef repart en guerre contre le compte pénibilité

Le Medef repart en guerre contre le compte pénibilité - Thomas Samson-AFP

"Le Sénat commence ce lundi l’examen du projet de loi El Khomri avec la ferme intention de simplifier les règles du compte pénibilité. Et le Medef va réclamer un moratoire sur l’application de nouveaux critères qui doivent entrer en vigueur le 1er juillet."

Qui a-t-il de commun entre l’impôt sur la fortune et le compte pénibilité? Ce sont deux mesures de gauche que les principaux candidats à la primaire de la droite et du centre s'engagent à supprimer s’ils sont élus en 2017. Que ce soit Juppé, Fillon, Sarkozy ou Le Maire.

Mais, en attendant, le compte pénibilité va refaire parler de lui cette semaine. Les sénateurs de droite veulent le simplifier au maximum à l'occasion de la discussion du projet de loi El Khomri. Le Medef, qui tient aujourd'hui un comité exécutif va de son côté réclamer un moratoire sur son application. 

"Grande avancée du quinquennat"

Pourquoi une telle mobilisation contre ce que Marisol Touraine, la ministre des affaires sociales, présentait en son temps comme la "grande avancée du quinquennat"? Une réforme qui fut surtout utilisée par François Hollande pour faire avaler à la gauche et aux syndicats, en particulier la CFDT, la réforme des retraites de 2013.

En échange d’un allongement de la durée de cotisation, les salariés soumis à des tâches pénibles se sont vus, en effet, attribuer des points leur permettant de partir plus tôt à la retraite. Cette idée a priori généreuse s'est révélée un casse-tête à mettre en œuvre dans les entreprises. Les organisations patronales, que ce soit le Medef ou la CGPME, parlent même d’usine à gaz

Et le 1er juillet, six nouveaux critères de pénibilité vont devoir être pris en compte en plus des quatre déjà entrés en vigueur en 2015. Parmi eux, le bruit, qui sera sans doute le critère le plus complexe à évaluer. C'est pourquoi le Medef réclame un moratoire. 

Prendre date

Le Medef n’a pourtant aucune chance d’être entendu aujourd'hui. Il sait bien que le gouvernement n’acceptera pas de toucher au compte pénibilité en pleine mobilisation contre la loi El Khomri qui prévoit d’ailleurs que ce fameux compte soit intégré au compte personnel d’activité, présentée comme une mesure-phare de la loi.

Mais le patronat prend date pour l’avenir. Pour lui, c’est même une course contre la montre qui s'engage puisque les entreprises sont censées payer une nouvelle cotisation à partir de 2018 pour le financer.

Mais pour François Hollande, cette mobilisation du Medef, relayée par la droite, c'est du pain bénit. Ces attaques contre le compte pénibilité apporte à ceux qui en douteraient la preuve qu’il a fait voter des réformes de gauche depuis 2012. Un argument suffisant pour convaincre la gauche de la gauche?

P.C