BFM Business

Et si Hollande et Valls reculaient sur le gel des retraites?

Manuel Valls et François Hollande face à la grogne des retraités

Manuel Valls et François Hollande face à la grogne des retraités - -

Face à la désapprobation d'une très grande majorité de Français et à l'hostilité d'une partie du PS face au gel des pensions annoncé par Manuel Valls, l'exécutif va-t-il faire machine arrière?

D'un côté des Français qui désapprouvent très largement le gel des pensions de retraites jusqu'en octobre 2015. De l'autre, des élus PS qui craignent de faire les frais de cette grogne aux prochaines élections, en particulier les Européennes de mai prochain. A l'évidence, la mesure choc annoncée par Manuel Valls le 16 avril dernier dans le cadre des 11 milliards d'euros d'économies sur les prestations sociales a bien du mal à passer.

Au point qu'avant le vote sur le plan d'économies, le 29 avril à l'Assemblée, les conciliabules entre Elysée, Matignon et la direction du PS se multiplient. Jean-Christophe Cambadelis, le nouveau patron du parti, s'est ému ouvertement de la mise en cause du pouvoir d'achat des retraités modestes. Les députés PS rencontreront d'ailleurs Manuel Valls ce mardi pour tenter d'arracher quelques aménagements aux mesures d'économies.

Pourtant, en 2013 lors du débat sur les retraites, le gouvernement Ayrault n'avait pas cédé sur le décalage de six mois de la revalorisation des retraites, une mesure déjà très contestée au PS. Celui de Manuel Valls, à peine installé, va-t-il pouvoir reculer sur le gel des pensions?

Trouver d'autres économies

Valérie Rabaud, la nouvelle rapporteure générale PS du budget de l'assemblée, doit également renconter Manuel Valls cette semaine. Avec son collègue Gérard Bapt, rapporteur du budget de la Sécu, elle lui proposera que ce gel des pensions jusqu'en 2015 épargne les retraités modestes dont les revenus sont inférieurs à un certain seuil, à définir.

Au PS, on souhaiterait que ce gel épargne aussi les classes moyennes, qui, elles, ne bénéficieront pas à la différence des foyers modestes de la mesure fiscale annoncée par Matignon dans le collectif budgétaire de juin.

Mais encore faut-il que l'exécutif accepte de revenir un peu en arrière et face porter les économies sur d'autres prestations sociales. Le gel des pensions doit en effet rapporter 1,3 milliard d'ici à 2015.

P.C