BFM Business

Erasmus, un moyen de lutter contre le chômage des jeunes?

Les etudiants Erasmus ont un taux de chômage inférieur à 23% à celui de leurs collègues sédentaires.

Les etudiants Erasmus ont un taux de chômage inférieur à 23% à celui de leurs collègues sédentaires. - Boris Horvath - AFP

Alors que le nombre de nouveaux demandeurs d'emploi au mois d'août sera connu ce mercredi 24 septembre, une étude de la Commission européenne, publiée deux jours auparavant, montre que les étudiants ayant suivi ce programme d'échange universitaire ont une meilleure employabilité.

L'étranger comme salut? Ce mercredi 24 août, les chiffres du chômage seront connus pour le mois de septembre. Sauf surprise, ils ne devraient pas marquer d'accalmie pour le gouvernement sur le front de l'emploi.

Cette mauvaise conjoncture de l'emploi en France touche sensiblement les jeunes (moins de 25 ans). Alors que le gouvernement en a fait une de ses priorités, le taux de chômage dans cette classe d'âge s'élève à 22,8% dans l'Hexagone. Même constat d'ailleurs plus globalement dans la zone euro avec un chiffre de 21,8%.

Or à en croire une étude menée par la Commission européenne et publiée lundi 22 septembre, un moyen pour les jeunes d'accroître leur employabilité serait d'intégrer le programme Erasmus qui permet à tout étudiant de l'Union européenne d'effectuer une période d'étude ou de stage de trois à douze mois dans un autre pays européen (voir encadré).

Un taux de chômage inférieur de 23%

Cette étude, qui a interrogé plus de 56.000 étudiants et 652 entreprises dans 34 pays différents, souligne que la part des employeurs considérant une expérience à l'étranger comme un critère déterminant pour l'employabilité est passé de 37% en 2006 à 64% à 2013.

Les conclusions de cette enquête montrent ensuite que les étudiants qui ont fait un stage ou un séjour d'étude à l'étranger ont 50% de chances en moins que leurs pairs de faire face au chômage de longue durée.

De plus, cinq ans après l'obtention de leur diplôme, le taux de chômage des étudiants Erasmus est inférieur de 23% à celui de leurs collègues qui sont restés à l'intérieur de leurs frontières.

L'enquête souligne également qu'un étudiant sur trois ayant fait un stage Erasmus s'est vu proposer un poste dans l'entreprise où il a fait son stage. Il faut croire par ailleurs que ces étudiants Erasmus stagiaires ont la fibre entrepreneur puisqu'un sur dix a monté son entreprise et les trois-quarts des autres projettent de le faire.

Des compétences mieux développées

"Le message est clair: si vous étudiez ou faites un stage à l'étranger vous augmentez vos perspectives d'emplois", a commenté Androulla Vassiliou, la commissaire européenne chargé de l'Education, de la Jeunesse et de la Culture.

Une explication à ses résultats, selon l'étude, provient du fait que les étudiants Erasmus développent certaines compétences recherchées par les employeurs.

L'enquête portait sur six d'entre elles, telles que la curiosité, les capacités à connaître ses forces et faiblesses, à prendre des décisions, résoudre des problèmes, à accepter les différences culturelles ou encore la confiance. Selon l'étude, l'étudiant Erasmus a, en moyenne, une maîtrise de ces compétences 70% supérieure à celle des autres étudiants.

Où partir en Erasmus?

Le programme Erasmus peut être accompli dans les 28 membres de l'Union européenne. A ces pays s'ajoutent la Turquie, la Suisse, l'Islande, le Lichtenstein et la Norvège.

Julien Marion