BFM Business

Dix départements expérimentent la "garantie jeune"

Pour cette première phase d'expériementaion, 10.000 personnes en difficultés devrainet bénéficier de la garantie jeunes.

Pour cette première phase d'expériementaion, 10.000 personnes en difficultés devrainet bénéficier de la garantie jeunes. - -

L'allocation de 480 euros par mois est destinée à aider les 18-25 ans ayant des difficultés d'insertion professionnelle. Elle est expérimentée à partir de ce 1er octobre, et devrait bénéficier à 10.000 jeunes la première année, avant sa généralisation en 2016.

Exclus du RSA, les moins de 25 ans en situation de précarité ont désormais leur dispositif d'aide : la garantie jeune, une allocation mensuelle d'un montant de 480 euros. Présentée en décembre dernier par Jean-Marc Ayrault dans le cadre de son plan anti-pauvreté, elle entre en phase de test à partir de ce 1er octobre.

Dix départements (*) vont participer à cette première phase d'expérimentation avec un objectif de soutenir environ 10.000 jeunes. En 2014, dix départements supplémentaires participeront aux tests qui devront concerner au total 30.000 jeunes. La généralisation du dispositif est prévue dans 3 ans et devrait porter le nombre de bénéficiaires à 100.000 personnes.

La garantie jeune s'adresse aux 18-25 ans qui connaissent des difficultés d'insertion professionnelle : leurs dossiers de candidatures doivent être retenus par une commission départementale, réunissant des membres de l'administration, des élus locaux et des spécialistes de l'emploi.

Un contrat signé pour un an

En échange de l'allocation mensuelle, le bénéficiaire doit répondre à certaines obligations : il signe un contrat d'un an dans lequel il s'engage à participer au dispositif de suivi mis en place. Il sera ainsi tenu de venir aux groupes de travail, de suivre les formations proposées pour mieux comprendre le monde de l'entreprise, ou encore de participer aux stages et à accepter les éventuelles offres d'emplois proposées. En cas de manquement, l'allocation peut être suspendue, puis supprimée.

Et pour inciter les bénéficiaires à retourner dans la vie active, l'allocation garantie jeune peut se cumuler avec un revenu d'activité.

Le gouvernement a alloué une enveloppe de 30 millions d'euros en 2014 pour financer la garantie jeune. Mais en rythme de croisière, le dispositif devrait coûter entre 500 à 600 millions d'euros par an.

(*) Les départements retenus : Aude, Bouches-du-Rhône, Seine-Saint-Denis, Réunion, Vaucluse, Lot-et Garonne, Allier, Finistère, Eure et les Vosges.

Coralie Cathelinais et Caroline Boisson et Sébastien Savoye (vidéo)