BFM Business

1 centime de l'heure d'augmentation? Primark fustigé par la CFDT

Les salariés de Primark pourraient être augmenté d'un centime d'euro de l'heure.

Les salariés de Primark pourraient être augmenté d'un centime d'euro de l'heure. - Remko de Waal / ANP / AFP

Le syndicat s'insurge, sur Europe 1, contre la proposition d'une revalorisation salariale de 1 centime de l'heure. Se refusant à confirmer ce montant, le géant irlandais assure que les négociations se poursuivent et qu'elles ne portent pas uniquement sur le salaire horaire.

“C’est insensé et indécent pour les salariés”. Cité par Europe 1, Serge Nardelli, syndicaliste à la CFDT, s’est insurgé contre la décision de l’entreprise d’habillement irlandaise Primark de revaloriser les salaires des employés de 1 centime brut de l’heure. L’enseigne connue pour ses prix bas est désormais présentée comme le “discounteur du textile et du social” par ses salariés présents dans dix points de vente à travers l’Hexagone. D’autant que les cadres bénéficieraient, de leur côté, d'une hausse de leur rémunération de 1,5%.

“Quand on dit 1 centime d’euro de l’heure, brut, en enlevant les charges sociales, vous voyez ce qui reste ! […] C’est inconcevable et inacceptable. Je n’ai jamais vu ça dans une entreprise, que ce soit H&M, Camaïeu, Zara. Il ne faut pas que ce soient des salariés pauvres mais il faut qu’ils soient un peu récompensés du dynamisme de cette entreprise”, s'est insurgé Serge Nardelli interrogé par la radio.

La direction ne confirme pas

Contactée par BFMbusiness.com, la société Primark n’a pas confirmé cette information arguant que “les négociations salariales annuelles entre les représentants des syndicats (CFDT et CGT) et la direction de Primark France ont débuté le 30 novembre 2016 et sont toujours ouvertes”. Et de préciser à que “la prochaine réunion a été fixée, de concert il y a quelques temps, au 18 janvier”.

La filiale française du géant irlandais a par ailleurs affirmé son souhait de faire bénéficier à “tous ses collaborateurs” du “développement de l’entreprise en France”. Elle conclut enfin en précisant que “l’augmentation annuelle du salaire de base n’est pas l’unique forme de rétribution financière possible. D’autres types d’avantages (13ème mois, participation… ndlr) sont proposés par Primark et font l’objet d’une négociation lors de ces discussions”.

Paul Louis