BFM Business

Edouard Philippe annonce une aide de 200 euros pour les jeunes précaires de moins de 25 ans

Cette aide concernera 800.000 jeunes dont la situation financière a été fragilisée en raison du confinement. Quelque 150 millions d'euros ont été prévus pour cette mesure.

Le gouvernement va accorder un coup de pouce aux jeunes "précaires ou modestes de moins de 25 ans". Edouard Philippe a annoncé ce lundi une aide de 200 euros qui concernera 800.000 d'entre eux. 

"En raison du confinement, les restaurants universitaires ont fermé" et "beaucoup de jeunes ont perdu les emplois dont ils ont besoin pour se nourir et payer leur loyer. Certains jeunes se sont retrouvés dans une situation que je sais dramatique", a déclaré le Premier ministre devant les sénateurs

Cette aide sera versée début juin aux étudiants ayant perdu leur travail ou leur stage et aux étudiants ultra-marins isolés qui n'ont pas pu rentrer chez eux. Les jeunes précaires de moins de 25 ans qui touchent les APL la percevront à la mi-juin. 

150 millions d'euros

Dans le cas des étudiants, ils devront déposer en mai une demande d'aide auprès du Crous dont ils dépendent, a précisé le secrétaire d'Etat chargé de la Jeunesse, Gabriel Attal. Quant aux non étudiants, bénéficiaires d'aides au logement, ils percevront automatiquement l'aide exceptionnelle du gouvernement, via les caisses d'allocation familiales, a-t-il précisé.

Quelque 150 millions d'euros ont été prévus pour cette mesure, qui vise à "limiter l'impact social de la crise du Covid", en répondant à des situations concrètes, a souligné Gabriel Attal. Il a donné pour exemples celui de "l'étudiant qui ne peut plus gagner un peu d'argent en faisant du baby-sitting", ni "manger pour pas cher au restaurant universitaire", ou encore du jeune précaire qui, du fait de la crise sanitaire, a perdu son emploi et ne peut plus en retrouver un autre.

"Ce sont des situations qui m'ont été remontées de manière très forte par les associations. Régulièrement surgissent des cas, des situations qui ne pouvaient pas être anticipés et il faut leur apporter une réponse", a-t-il fait valoir.

"Un premier pas nécessaire"

Mi-avril, le gouvernement avait déjà annoncé une aide aux ménages les plus modestes (allocataires des minima sociaux) de 150 euros, plus 100 euros par enfant, pour un total de 880 millions d'euros distribués à 4 millions de foyers. Mais ces aides, surtout centrées sur les familles, n'étaient pas accessibles aux jeunes de moins de 25 ans. 

L'aide annoncée ce lundi constitue "un premier pas nécessaire", a réagi le Forum français de la jeunesse (FFJ), qui réunit les "principales organisations nationales gérées et animées par des jeunes de moins de 30 ans". Rappelant que la "singularité" des 18-25 ans est "de ne disposer d'aucun filet de sécurité", l'organisation déplore toutefois le caractère "ponctuel" de cette aide, et son montant "largement inférieur au niveau du RSA".

De son côté, la Fédération des associations générales étudiantes (Fage) a salué un "premier pas", tout en regrettant son "caractère tardif" et "insuffisant", car excluant les "jeunes en difficultés hébergés par un tiers ou qui vivent chez leurs parents aux revenus très modestes et qui ne sont pas rattachés au foyer fiscal", ainsi que les "jeunes à la rue".

"Depuis le début de la crise, de nombreux jeunes sont en difficulté pour payer leurs loyers ou tout simplement se nourrir", a souligné la Fage, qui demande une aide "reconductible a minima jusqu'à fin août, car la crise aura sans aucun doute un impact important sur les emplois saisonniers". L'organisation "réitère sa demande d'ouvrir le RSA aux 18-25 ans".
Paul Louis avec AFP