BFM Business

Zone euro: le protectionnisme est "le plus grand risque", selon Moscovici

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici.

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici. - Emmanuel Dunand / AFP

Malgré ce risque, la Commission européenne a maintenu ses prévisions de croissance pour la zone euro. Pour 2018, elle s'attend à une hausse du PIB de 2,3%.

La Commission européenne a mis en garde jeudi contre le protectionnisme, "le plus grand risque" pour l'économie de la zone euro, tout en confirmant pour l'instant ses prévisions de croissance pour 2018 et 2019.

"Le risque le plus grand qui pèse sur ces perspectives optimistes est le protectionnisme qui ne doit pas devenir la nouvelle normalité", a averti le Commissaire européen à l'Economie, Pierre Moscovici. "Cela ne ferait que nuire à ceux de nos citoyens qu'il nous faut protéger le plus", s'est-il inquiété.

Maintien des prévisions de croissance

La Commission européenne a cependant maintenu ses prévisions de croissance pour la zone euro qu'elle avait donné le 7 février dernier. Pour 2018, elle s'attend à une hausse du Produit Intérieur Brut (PIB) de 2,3%, suivi d'un léger tassement en 2019 à 2,0% après avoir engrangé en 2017 sa meilleure croissance depuis dix ans à 2,4%.

Par ailleurs, Eurostat a indiqué ce jeudi que l'inflation a ralenti en avril dans la zone euro. Elle atteint 1,2%, contre 1,3% en mars. Ce taux est inférieur à celui attendu par les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur 1,4%.

La menace des taxes américaines 

L'Union est toujours sous la menace d'une guerre commerciale avec les États-Unis, après avoir été lundi une nouvelle fois exemptée provisoirement des droits de douanes sur l'acier et l'aluminium par la Maison Blanche.

En raison de son ouverture, la zone euro, et en tête l'Allemagne, serait particulièrement vulnérable si les risques de protectionnisme venaient à se matérialiser.

J.-C.C. avec AFP