BFM Business

Valls offre de nouvelles voitures à la police: il était temps!

Une partie du parc automobile de la police et de la gendarmerie est hors d'âge

Une partie du parc automobile de la police et de la gendarmerie est hors d'âge - Philippe Huguen-AFP

Le Premier ministre a annoncé ce mercredi un renforcement des effectifs et une hausse des budgets de la police et de la gendarmerie. Une partie des crédits permettra le remplacement des véhicules les plus âgés. Certains ont plus de 200.000 kilomètres au compteur.

Malgré les restrictions budgétaires, le gouvernement a décidé de dégager des moyens pour lutter contre la menace terroriste. Ce mercredi 21 janvier, Manuel Valls vient d'annoncer 1.400 embauches et 425 millions d'euros supplémentaires dans les trois ans pour les forces de l'ordre. Une partie de ces crédits nouveaux ira à la modernisation du parc automobile de la police comme de la gendarmerie, a précisé le Premier ministre. 

Il était temps. Car comme le remarquait cet automne le député PS Yann Galut, rapporteur pour l'Assemblée nationale des crédits de la sécurité, "il ne serait pas rare que des véhicules (de police) ayant entre 200.000 et 300.000 kilomètres continuent d'être utilisées". 

Un tiers du parc auto à remplacer

Le parlementaire s'inquiétait du manque de moyens financiers du ministère de l'Intérieur pour renouveler son parc automobile, composé actuellement de 28.190 véhicules, y compris 1.700 scooters et 3.100 motos. "Sur la période 2015-2017, compte tenu des critères d'âge et de kilométrage, 10.896 véhicules devraient être renouvelés.

Or, avec seulement 30 millions d'euros annuels consacrés à l'acquisition des véhicules dans le budget 2015, la police nationale ne pourrait remplacer que 4.100 véhicules sur la période", déplorait-il. En d'autres termes, ce sont plus de 6.800 véhicules à bout de souffle qui auraient dû être maintenus en service dans les deux prochaines années sans les moyens supplémentaires. 

L'âge moyen du parc automobile de la police s'accroît régulièrement. Il était d'un peu plus de 5 ans en 2011 pour atteindre près de 6 ans cette année. Le ministère de l'Intérieur a bien passé commande en 2014 de 111 nouveaux cars de CRS pour un montant de 3 millions d'euros. Mais les aménagements intérieurs devront attendre 2015 : ils n'ont pas pu être financés cette année !

Mutualisation des moyens

La Gendarmerie nationale ne semble pas vraiment mieux lotie. L'âge moyen de ses 30.155 véhicules est de 6 ans et 9 mois avec 171.000 kilomètres au compteur en moyenne. Officiellement, une véhicule de Gendarmerie doit être retiré du service au bout de 200.000 kilomètres. Selon le rapporteur budgétaire, pour respecter cette norme, il faudrait donc commander 6.800 voitures et camionnettes en 2015, soit un coût de 136 millions. Ce qui n'était pas prévu au budget initial.

Police et Gendarmerie nationale font cependant des efforts pour dégager des économies. Depuis avril, la maintenance des véhicules est (enfin) mutualisée. Les 56 ateliers d'entretien de la police et les 110 de la Gendarmerie sont censés travailler pour les deux administrations, ce qui devrait permettre de réduire les coûts.

Voitures de criminels recyclées

Heureusement pour les forces de l'ordre, les délinquants et les criminels participent - involontairement- à l'effort d'équipement. Depuis 2011, la saisie confiscatoire de biens appartenant à ces derniers est en effet plus facile. Policiers, gendarmes mais aussi douaniers n'ont plus besoin d'attendre la fin d'une procédure à l'encontre d'un délinquant pour demander à la justice de pouvoir utiliser des voitures saisies, souvent des gros modèles. Actuellement, selon les chiffres du rapport budgétaire, la police natioanle utilise 246 voitures saisies et la Gendarmerie 273.

Patrick Coquidé