BFM Business

Valls lâche du lest sur le compte-pénibilité

Manuel Valls annonce un report de la mise en oeuvre du compte pénibilité.

Manuel Valls annonce un report de la mise en oeuvre du compte pénibilité. - -

Le Premier ministre fait un pas vers le Medef et indique que le compte-pénibilité sera reporté, comme le réclamait l'organisation patronale. Il annonce également que la nouvelle législation sur le temps partiel allait être précisée.

Le gouvernement lâche du lest au Medef, quitte à décevoir la CFDT. Le Premier ministre Manuel Valls indique dans Les Echos de ce mercredi 2 juillet que la mise en oeuvre du compte pénibilité serait partiellement reporté.

L'organisation patronale réclamait un délai à cors et à cris, et avait même menacé de boycotter la conférence sociale qui se tiendra les 7 et 8 juillet si son entrée en vigueur devait être maintenue pour le 1er janvier 2015.

"L'année 2015 sera une année de montée en charge progressive. L'objectif est d'aboutir à une généralisation en 2016, dans les meilleures conditions", explique le chef du gouvernement. En somme, le dispositif pourrait être appliqué dès 2015 dans certains secteurs, mais attendre 2013 dans d'autres, "tels que le bâtiment".

Estimant qu'il "y a une focalisation" sur le sujet du compte pénibilité et ne voulant pas "qu'il cristallise les tensions", Manuel Valls annonce qu'il va "demander à François Rebsamen, son ministre du Travail et à Marisol Touraine, en charge des Affaires sociales, de reprendre les projets de décret pour aller plus loin dans la simplification et la sécurisation du dispositif".

Critères de pénibilité

Une réunion se tenait ce mardi soir entre organisations patronale -Medef, CGPME et UPA- pour décider d'une ligne commune sur la pertinence de participer ou non à ces deux jours de dialogue social avec les syndicats.

En tout cas, la CFDT s'est déclarée, mardi soir, "fermement opposée au report partiel" de la mise en oeuvre du compte pénibilité, annoncé par le Premier ministre Manuel Valls, jugeant que cette décision "fragilise" le dispositif.

Le compte-pénibilité est une des mesures de la dernière réforme des retraites. Le principe: les salariés qui ont travaillé dans des conditions difficiles pourront partir plus tôt en retraite, obtenir plus de financement pour des formations, ou obtenir des réductions de temps de travail.

Mais son entrée en vigueur prévoit un renouvellement des logiciels de fiche de paie pour y faire figurer le nombre d'heures travaillées dans des conditions pénibles. Il revient donc aux dirigeants d'entreprises de s'équiper pour une mise en place début 2015. Un délai bien trop court pour les organisations patronales, Medef, CGPME et UPA.

Temps partiel

Par ailleurs, Manuel Valls annonce aussi que le gouvernement allait "compléter la législation sur le temps partiel afin d'écarter tout risque juridique quand des contrats de moins de 24 heures par semaine sont établis avec l'accord individuel du salarié". Là aussi, la nouvelle législation du temps partiel est très contestée par le patronat.

Il a aussi annoncé qu'il demanderait aux partenaires sociaux "d'engager des discussions sur les simplifications possibles du Code du travail, avec toujours la volonté de rendre le fonctionnement plus de l'économie plus souple, plus efficace".

|||sondage|||2007

N.G. avec AFP