BFM Business

GB: Corbyn s'en prend à la "culture de la fraude fiscale" de groupes comme Amazon

Jeremy Corbyn estime que la "taxation unitaire"  rapportera 6,3 milliards de livres (7,3 milliards d'euros) en 2023-24.

Jeremy Corbyn estime que la "taxation unitaire" rapportera 6,3 milliards de livres (7,3 milliards d'euros) en 2023-24. - Jeff Overs- AFP

Le chef du Labour, qui fait campagne pour les élections du 12 décembre, veut introduire une "taxation unitaire"qui consiste à taxer le bénéfice global des entreprises multinationales puis à répartir ce bénéfice dans les pays où ces entreprises réalisent leur activité.

Jeremy Corbyn, le chef du Labour, principal parti d'opposition au Royaume-Uni, a dénoncé la "culture de la fraude fiscale" de multinationales, samedi, aux abords d'un centre Amazon à Sheffield dans le Yorkshire (nord de l'Angleterre). "Je suis venu à Amazon aujourd'hui avec un message simple pour les multinationales: si vous vendez des produits dans notre pays, vous devez payer des impôts dans notre pays et ne pas cacher vos profits dans des paradis fiscaux", a déclaré sur Twitter le chef du parti travailliste, qui fait campagne pour les élections du 12 décembre.

Un porte-parole d'Amazon a réfuté les accusations d'évasion fiscale du chef du Labour, les qualifiant de "fausses".

En amont de ce déplacement, le leader travailliste avait déclaré qu'"un gouvernement travailliste s'attaquera à la culture de la fraude fiscale et de la triche salariale de nombreuses entreprises multinationales, qui utilisent leur pouvoir et nos faibles lois pour arnaquer à la fois les contribuables et leurs employés". M. Corbyn veut introduire une "taxation unitaire", une mesure dont il estime qu'elle rapportera 6,3 milliards de livres (7,3 milliards d'euros) en 2023-24.

Augmentation du salaire minimum

Défendu par des ONG comme Oxfam ou Attac, la taxe globale ou unitaire consiste à taxer le bénéfice global des entreprises multinationales puis à répartir ce bénéfice dans les pays où ces entreprises réalisent leur activité.

Le Labour, mené par un leader très à gauche, s'est engagé en outre à augmenter le salaire minimum à 10 livres (11,65 euros) de l'heure contre 8,21 livres actuellement et à mettre fin aux contrats précaires ne garantissant pas de minimum horaire.

Soulignant que les lois fiscales "sont conçues pour encourager les investissements", le porte-parole d'Amazon a déclaré que la compagnie "investissait énormément dans la création d'emplois et d'infrastructures à travers le Royaume-Uni - plus de 18 milliards de livres sterling depuis 2010." "Cet investissement a participé à une contribution fiscale totale de 793 millions de livres en 2018", a-t-il précisé. Il a aussi réfuté les accusations de bas salaires, assurant que "tous les employés gagnent entre 9,50 livres et 10,50 livres par heure en fonction du lieu".

Amazon a annoncé cette année sa volonté de créer 2.000 emplois au Royaume-Uni, portant leur effectif total à plus de 29.500 employés.

C.C. avec AFP