BFM Business

Budget de l'UE: Macron prévient que "la PAC ne peut pas payer pour le Brexit"

BFM Business

Alors que les 27 États membres n'ont pas réussi à s'entendre sur le prochain budget pluriannuel de l'UE, le président a dit ne pas vouloir "sacrifier la PAC" pour "payer le Brexit".

La Politique agricole commune (PAC) ne doit "pas payer pour le Brexit" et ses conséquences sur le budget de l'UE, a estimé ce vendredi Emmanuel Macron à l'issue d'un sommet extraordinaire de deux jours conclu sur un échec.

"Nous n'avons pas sacrifié la politique agricole commune et je l'ai dit très clairement: ce n'est pas la PAC qui peut payer pour le Brexit", a-t-il déclaré à son départ du sommet, alors qu'il est attendu samedi au salon de l'agriculture de Paris.

De leur côté les "frugaux" souhaitent, avec l'Allemagne, une répartition des ressources plus favorable aux nouvelles priorités (recherche, défense, protection des frontières extérieures, etc.). Les rabais, dont bénéficient aujourd'hui cinq pays - Allemagne, Danemark, Pays-Bas, Autriche et Suède - ont été un autre sujet de contentieux. Leur montant est de cinq milliards d'euros par an. Les autres États, France en tête, voudraient y mettre fin à la faveur du départ du Royaume-Uni, le pays qui a imposé cette pratique.

Les dissensions ont aussi portées sur les ressources propres de l'Union européenne, une catégorie dans laquelle Charles Michel veut innover afin d'aider à compléter les contributions nationales. Il y a un "grand accord" autour d'une taxe sur les plastiques non-recyclés, selon la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Mais l'idée de transférer une partie des profits enregistrés par le marchés du carbone européen (vente de permis à polluer) des Etats membres aux caisses de l'UE a rencontré plus d'opposition.

dossier :

Emmanuel Macron

P.L avec AFP