BFM Business

« Travailler plus pour gagner plus » : le débat relancé

Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy - THIBAUD MORITZ/AFP

Si l’on veut augmenter le pouvoir d'achat de la population, il faut augmenter les quantités produites. Cela repose à long terme sur le progrès technique, et à court terme, sur l’augmentation du temps travaillé.

« Travailler plus pour gagner plus » a été un des slogans marquants de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007. Derrière cette formule lancée pour la première fois par le futur président en octobre 2006, il y avait une proposition visant à exonérer de toute forme de prélèvement les heures supplémentaires. L’interprétation de la mesure a été diverse, certains par exemple s’inquiétant d’un coup de pouce en faveur des salaires rappelant les « relances par la consommation » de naguère de sinistre mémoire.

Cependant, à lire et écouter ce que disait Nicolas Sarkozy à l’époque, le but était de contourner les « 35 heures » en incitant les salariés, sur le terrain, à réclamer de faire des heures supplémentaires devenues très rémunératrices. C’est d’ailleurs la raison essentielle du retour en arrière de François Hollande, héritier des décisions de mise en place des 35 heures qui fit voter l’abandon des avantages fiscaux des heures supplémentaires. Pourtant, l’idée de « travailler plus pour gagner plus » est plus présente que jamais dans les esprits au point que nos dirigeants reparlent d’exonération, limitée aux cotisations sociales, des heures supplémentaires. Résultat, le débat est relancé.

Chose étrange ou confirmation évidente de l’inculture économique des Français, personne ne fait appel dans ce débat à un des socles de la science économique, qui nourrit l’essentiel de l’enseignement de cette matière dans l’ensemble des universités de la planète. Je veux parler de ce que l’on appelle « les 10 principes de Mankiw ». Nicolas Gregory Mankiw est un des économistes les plus importants du moment, et l’auteur du manuel de référence en économie. Il commence ce manuel en énonçant 10 assertions qui fondent le fonctionnement de toute économie. La numéro 8 s’énonce :

"A country's standard of living depends on its ability to produce goods and services

C’est à dire que, si l’on veut augmenter le niveau de vie de la population, autrement dit son pouvoir d’achat, il faut augmenter les quantités produites. Cela repose à long terme sur le progrès technique, et à court terme, sur l’augmentation du temps travaillé.

Puisque les « gilets jaunes » protestent contre la baisse réelle ou putative de leur pouvoir d’achat, la bonne réponse, fournie par Mankiw, est d’augmenter la quantité de travail. Concrètement, l’enjeu immédiat de la situation économique des Français n’est pas de baisser les taxes sur l’essence mais de supprimer les 35 heures.