BFM Business

Travail des femmes: source de croissance pour l'économie

Le PIB français pourrait augmenter de 7% si le taux d'activité des femmes égalait celui des hommes

Le PIB français pourrait augmenter de 7% si le taux d'activité des femmes égalait celui des hommes - -

Najat Vallaud-Belkacem a annoncé, ce jeudi 25 avril, que deux entreprises vont être sanctionnées pour ne pas avoir respecté l'égalité salariale homme-femme. Pourtant, plusieurs études prouvent que l'intégration des femmes dans les entreprises est source de richesse.

C'est une première en France. Deux entreprises vont être sanctionnées financièrement pour non-respect de la loi sur l'égalité salariale entre hommes et femmes.

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des Droits des femmes, l'a annoncé, ce jeudi 25 avril sur France 2. Les noms de ces deux sociétés n'ont pas été communiqués. Seule précision apportée par la ministre : l'une d'elle écopera d'une amende de 5.000 euros par mois, qu'elle paiera tant qu'elle ne régularisera pas sa situation.

La loi de novembre 2010 exige des entreprises de plus de 50 salariés qu'elles aient des accords pour empêcher les différences de salaires et d'avancement de carrière.

Une gain potentiel pour le PIB français de 7%

Au-delà de l'argument égalitaire, les études montrent que l'intégration des femmes dans les entreprises permet de créer de la croissance. L'OCDE s'est penchée sur la question.

L'organisme a ainsi calculé que si le taux d'activité des femmes se rapprochait sensiblement de celui des hommes, cela permettrait, en moyenne, d'accroître le PIB de 12% en 20 ans. La France, classée dixième en terme d'intégration des femmes dans les entreprises, pourrait ainsi voir son PIB bondir de 7%.

630 milliards d'euros de tâches ménagères

Des points de croissance supplémentaires qui s'expliquent assez simplement. Un foyer avec deux salaires représente ainsi plus de consommation.

Et, une femme qui travaille doit souvent déléguer une partie des tâches ménagères et trouver des modes de garde, c'est-à-dire créer de l'emploi dans les services, un secteur économique au potentiel théorique considérable.

Une récente étude de l'INSEE a montré que les tâches ménagères pouvaient représenter jusqu’à un tiers du PIB. En traduisant, dans un foyer, l'heure de ménage ou de cuisine en heures payées au SMIC, on dépasse les 630 milliards d'euros par an.

Isabelle Gollentz