BFM Business

Transports aérien: 105 députés français appellent l'UE à garantir les avoirs des passagers

Le secteur aérien est à l'arrêt.

Le secteur aérien est à l'arrêt. - Axel Edelman -AFP

Des élus LREM, LR, PS et PCF souhaitent la mise en place d'un fonds qui pourrait, en cas de faillite d'une compagnie aérienne, garantir les avoirs donnés aux touristes dont les vols ont été annulés mais aussi les agences de voyages.

Plus de 100 députés français issus de divers groupes politiques ont co-signé jeudi une lettre pour réclamer à l'UE la mise en place d'un "fonds passagers" pour le secteur aérien "garantissant aussi bien les voyageurs que les agents de voyages".

Dans ce courrier adressé à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et avec notamment en copie au secrétaire d'État chargé des Transports Jean-Baptiste Djebarri, les élus constatent que "le tourisme, au même titre que de nombreux autres secteurs, a été mis à l’arrêt au profit de notre sécurité sanitaire", du fait de l'épidémie de Covid-19.

Le secteur, "en plus de l’arrêt brutal de son activité (...), est doublement lésé par les pratiques abusives des compagnies aériennes et de leur représentant, l'Iata" (Association internationale du transport aérien), poursuit la lettre initiée par la députée Pascale Fontenel-Personne (apparentée LREM), co-présidente du groupe "Tourisme" de l'Assemblée.

Des difficultés de trésorerie

De nombreuses compagnies fournissent des avoirs lorsqu'un vol est annulé, observent les co-signataires, pointant notamment un risque "pour le consommateur ou l'agent de voyages en cas de faillite de la compagnie aérienne".

"Connaissant les difficultés de trésorerie actuelles de nos entreprises du transport aérien, la pratique des avoirs par les compagnies aériennes ne peut être acceptable que si, et seulement si, elle est encadrée et garantie", poursuivent-ils.

"Nous vous appelons à mettre en place d'urgence un +fonds passagers+ garantissant aussi bien les voyageurs que les agents de voyages", ajoute la missive, co-signée aussi bien par des élus LREM que LR, PS, ou PCF.

C.C. avec AFP