BFM Business

Thierry Breton accuse Sarkozy d'avoir surendetté la France

Thierry Breton a été ministre de l'Économie de 2005 à 2007.

Thierry Breton a été ministre de l'Économie de 2005 à 2007. - François Guillot - AFP

L’ancien ministre de l’Économie a effectué une sortie particulièrement violente visant le bilan de l’ex-président, sa gestion de la crise financière et le décrochage vis-à-vis de l'Allemagne qui s'est accentué durant son quinquennat.

Alors que Nicolas Sarkozy publiera le 25 janvier prochain un livre sur ses "erreurs" et ses "réussites", certains se sont déjà chargés de faire le bilan de son quinquennat. Au premier rang desquels Thierry Breton, ministre de l’Économie de 2005 à 2007 et désormais PDG d’Atos.

L’ex-camarade de gouvernement de Nicolas Sarkozy (alors à l’Intérieur) s’est en effet livré à un sévère réquisitoire à propos de la gestion de la crise financière entre 2007 et 2012. Fustigeant le manque de rigueur économique de l’ancien chef de l’État, le dirigeant a notamment pointé l’explosion de la dette française durant cette période. "On a eu une gestion de la crise entre 2007 et 2012 qui a été l'une des plus mauvaises de tous les pays européens. On a augmenté la dette de la France de 600 milliards d'euros. On a décroché totalement par rapport à l'Allemagne", a-t-il ainsi affirmé au micro de France Inter, mardi 19 janvier.

Un "décrochage tragique"

"Je l'ai dit tout de suite. Je l'ai dit en permanence, je l'ai dit immédiatement parce que j'ai vu à ce moment-là ce décrochage par rapport à l'Allemagne qui, aujourd'hui, est tragique".

Et de conclure: "Nous avons près de 2.000 milliards de dettes aujourd'hui, nous avons quasiment multiplié par deux la dette de la France en moins de 10 ans. Pendant ce temps-là, l'Allemagne va être à 70% contre 100% pour nous. Ce décrochage va être tragique pour la construction européenne et pour l'avenir de nos concitoyens".

Une chose est sûre, l'"inventaire" du quinquennat Sarkozy, réclamé par beaucoup à droite, devrait s’avérer long et pénible pour l’ancien président.

Y.D.