BFM Business

Les tarifs hospitaliers vont augmenter de 0,5% cette année

L'hôpital verra son budget passer de 80 milliards d'euros à 82 milliards d'euros  cette année, a annoncé Agnès Buzyn.

L'hôpital verra son budget passer de 80 milliards d'euros à 82 milliards d'euros cette année, a annoncé Agnès Buzyn. - Guillaume Souvant-AFP

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé sur RTL une augmentation du budget alloué par la Sécurité Sociale aux hôpitaux qu'elle qualifie "d'historique".

Une petite bouffée d'air pur pour le secteur hospitalier. Après dix ans de baisse, son budget va être revu à la hausse. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé sur RTL une augmentation du budget alloué à la Sécurité Sociale aux hôpitaux. "Pour la première fois nous allons augmenter ses tarifs, c'est une décision historique puisque depuis dix ans les tarifs sont en baisse régulière", a expliqué Agnès Buzyn.

Cette hausse est de 0,5%. "Cela va aboutir à 250 millions supplémentaires pour l'activité de médecine, chirurgie obstétrique et de 100 millions supplémentaires sur la psychiatrie. Au total cette année l'hôpital verra son budget passer de 80 milliards d'euros à 82 milliards d'euros", a détaillé Agnès Buzyn, qui a reconnu que le secteur avait rencontré beaucoup de difficultés ces dernières années en raison des baisses budgétaires.

"Desserrer l'étau"

"Cela va permettre notamment de réinvestir, d'acheter parfois du matériel plus neuf, d'investir dans des locaux", a cité en exemple la ministre de la Santé. Cette somme va aussi permettre "d'arrêter de mettre une pression sur les professionnels", a ajouté Agnès Buzyn en leur donnant les moyens de prendre un intérimaire lorsqu'un médecin ou une infirmière manque au planning.

"Tout cet étau permanent sur l'hôpital va pouvoir être desserré cette année (...), c'est une façon de reconnaître tous les efforts qui ont été fait pour améliorer la rentabilité. Et cela va nous permettre de commencer cette transformation du système de santé en réorganisant la médecine de ville et en permettant aux hôpitaux de se restructurer", a conclu la ministre.

Coralie Cathelinais