BFM Business

Les salariés du groupe Casino sont appelés à faire grève le 26 novembre

Le groupe entend réduire sa dette nette d'un milliard d'euros en France à 2,7 milliards d'euros d'ici fin 2018.

Le groupe entend réduire sa dette nette d'un milliard d'euros en France à 2,7 milliards d'euros d'ici fin 2018. - Miguel Medina - AFP

Pour dénoncer le Black Friday et sur fond de malaise social, la CGT invite les salariés de Casino, Monoprix ou encore Leader Price à faire grève le 26 novembre.

Contre la "braderie sociale" du Black Friday, ces quelques jours où les magasins cassent les prix, la CGT appelle les salariés de toutes les enseignes Casino à faire grève le mardi 26 novembre. Mais pas le jour J, qui tombe le vendredi 29 novembre.

Près de 9.000 magasins du groupe sont concernés, comme les Monoprix, Franprix ou encore Leader Price.

Vente d'enseignes

Cette grève s'inscrit dans un climat social délétère. En août, Casino annonçait qu’il allait céder 2 milliards d’euros d’actifs, après une première vague de 2,5 milliards. Le groupe pourrait ainsi vendre ses 700 magasins français Leader Price à l’Allemand Aldi. Les salariés craignent alors une dégradation des conditions de travail voire des suppressions de poste. Quand Casino a cédé à IBM sa maintenance Serca, le contrat a prévu de sauvegarder 2.000 postes, mais seulement jusqu’à fin 2020.

"Il ne se passe pas une journée sans l'annonce d'une fermeture ou d'une cession", dénonce Sylvie Vachoux, secrétaire fédérale de la CGT commerce. Jean Pastor, délégué syndical central chez Casino, commente cette stratégie de cession d’actifs comme fallacieuse: "Casino veut garder une image de vitrine sociale et laisse aux autres le soin de supprimer les emplois, en passant par la franchise et les cessions". Celles-ci entérinent ainsi un changement de modèle du groupe, qui veut monter en gamme.

Fanny Guyomard avec AFP